Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Cinq années d’expérience d’une RCP « moléculaire » dans la prise en charge des lymphomes B diffus à grandes cellules

Résumé : Introduction : le diagnostic de lymphome B diffus à grandes cellules (LBDGC) repose aujourd’hui sur des données d’anatomo-pathologie et de FISH. De nouvelles classifications moléculaires sont actuellement proposées sur la base de mutations somatiques récurrentes et d’altération du nombre de copies (CNV), permettant d’envisager à terme une médecine personnalisée. Leur application en pratique quotidienne demeure toutefois limitée, de par la complexité/coût des techniques ou encore l’interprétation des données de séquençage haut débit (NGS). Dans ce contexte a été instauré une réunion inter-disciplinaire de profilage biologique de LBDGC en routine (CAMÉLÉON). Après cinq années d’application, nous tentons d’une part de déterminer des facteurs moléculaires prédictifs de la sensibilité d’un LBDGC à une immunochimiothérapie de première ligne, d’autre part de démontrer son applicabilité en routine clinique.
Matériel et méthode : nous réalisons une étude monocentrique rétrospective incluant des cas de LBDGCNOS disuctés en réunion CAMÉLÉON. Le cell-of-origin (ABC, GC, primitifs du médiastin ou PMBL, indéterminé ou UC) a été déterminée par RT-MLPA ou immunohistochimie. Le séquençage haut débit a été réalisé à partir d’un « lymphopanel » de 39 gènes sur séquenceurs PGM (Ion torrent – Life technologies®) ou MiSeq (Illumina®) à partir de biopsies tumorales solides. L’incidence des variants mutationnels somatiques (VM) et des variants en nombre de copie (CNV) a été comparée selon le statut en rémission (CU) ou en rechute/réfractaire (RR). Nous avons en outre évalué la relation entre les profils moléculaires ainsi établis et les diverses thérapies ciblées appliquées. Un risque statistique alpha de 5% est retenu comme significatif.
Résultats : 88 cas de LBDGC-NOS ont été inclus entre 2014 et 2019, avec un âge médian de 64 ans (20 – 93), et présentaient un score IPI élevé (≥2 : 63%). 44 sujets étaient en rémission complète à 2 ans, 44 en rechute ou réfractaires primaires. Les traitements de première ligne reçus étaient soit du R-CHOP (68,1%), R-ACVBP (27,2%) ou autres (4,7%). Les formes ABC étaient majoritaires (48%), principalement parmis les RR (59,1%). 86 patients ont bénéficié du NGS. Les VM de TNFAIP3 étaient plus fréquentes dans le groupe CU (29,5% vs 2,3%, p<0,001). Inversement, les VM de CREBBP étaient plus fréquemment associées au groupe RR (58,3 vs 16,6%, p=0,016). 350 CNV ont été détectés parmis 56 sujets (63%). Les délétions de TP53 étaient plus fréquentes dans le groupe RR (p=0,04). A contrario, les pertes ou gains de copies de TNFRSF14 étaient associés à la rémission au sein des LBDGC de type ABC (p=0,03). Les thérapies ciblées utilisée étaient les suivantes : le tazemetostat (EZH2), le vénétoclax (BCL2), le selinexor (XPO1), l’ibrutinib (BTK) et le CUDC-907 (HDAC) chez respectivement 5 (5,6%), 3 (3,4%), 5 (5,6% dont 2 avec la mutation hot-spot XPO1E571K), 7 (7,9%) et 1 (1,1%) sujets.
Conclusion : notre travail démontre la valeur prédictive de certaines anomalies génomiques acquises, ainsi que la faisabilité du profilage moléculaire d’une cohorte LBDGC en routine. Dans un contexte de classification de plus en plus complexe, du faible nombre de facteurs théranostiques bien établis et du coût des analyses, le profilage moléculaire doit être réalisé préférentiellement chez les patients éligibles à un essai clinique et évaluer de manière prospective. C’est l’un des objectifs de l’essai RT3 actuellement promu par le LYSA.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [57 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02640589
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Thursday, May 28, 2020 - 3:06:50 PM
Last modification on : Friday, May 29, 2020 - 3:18:42 AM

File

Lebreton Pierre.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02640589, version 1

Citation

Pierre Lebreton. Cinq années d’expérience d’une RCP « moléculaire » dans la prise en charge des lymphomes B diffus à grandes cellules. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-02640589⟩

Share

Metrics

Record views

80

Files downloads

30