Étude rétrospective de 29 cas de lésions mésothéliales « bénignes » péritonéales : données clinicopathologiques, difficultés diagnostiques, modalités de prise en charge - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Retrospective study of 29 benign mesothelial lesions of the peritoneum: clinicopathological data, diagnostic difficulties, treatment methods

Étude rétrospective de 29 cas de lésions mésothéliales « bénignes » péritonéales : données clinicopathologiques, difficultés diagnostiques, modalités de prise en charge

Abstract

Benign mesothelial peritoneal tumours are rare, represented by adenomatoid tumour (AT) and welldifferentiated papillary mesothelioma (WDPM). Benign multicystic mesothelioma (BMM) is close to the mesothelial cyst (MC). By contrast to AT, WDPM and BMM may be difficult to diagnose, and their pathogenesis and potential of malignancy are still questioned. We retrieved the WDPM, BMM and MC treated in Bordeaux’s CHU between 2000 and 2019, and listed their clinical and pathological characteristics. We collected 15 BMM, 12 WDPM and 2 MC. After revision, 10 WDPM (one with micro-invasion) and 12 BMM remained. Two WDPM were reclassified as endosalpingiosis and epithelioid malignant mesothelioma (MM). Among the BMM, 3 were reclassified as simple cysts; 3 BMM more than 10cm recurred. An adjuvant chemotherapy was indicated for 2 patients (micro-invasive WDPM and recurrent BMM). The first step was to confirm the mesothelial nature of these tumors with an adapted immunohistochemistry study, then the pathologist must look for atypical/malignant criteria. As a benign tumour, WDPM must imperatively be differentiated from MM: a supracentimetric multifocal lesion with cytological atypia and/or invasive focii should alert the pathologist. Loss of BAP1 immunohistochemistry expression, frequent in peritoneal MM, is a useful clue to confirm a MM. BMM should be considered as a tumour with potential late local recurrence, mostly for lesion bigger than 10 cm. Its main differential diagnoses are from simple cysts (which are reactive processes, without any recurrent potential) and a cystic form of MM. Systematic review is recommended for both to assert the proper diagnosis, using the WHO classification, so diagnosis and treatment will be homogeneous. Its curative treatment is complete surgical excision, sometimes accompanied by (hyperthermic intraperitoneal) chemotherapy for recurrent/multifocal tumors. Finally, patient will be watched for a long period, as late recurrence may occur.
Les tumeurs mésothéliales bénignes péritonéales (tumeur adénomatoïde - TA et mésothéliome papillaire superficiel – MPS) sont rares. Le mésothéliome bénin plurikystique (MBPK) est voisin du kyste mésothélial (KM). La TA est bien connue, mais le diagnostic des deux autres est moins aisé et leur potentiel évolutif et prise en charge sont débattus. Nous avons recensé les MPS, MBPK et KM pris en charge au CHU de Bordeaux entre 2000 et 2019, et relevé leurs caractéristiques clinico-pathologiques. Nous avons recueilli 15 MBPK, 12 MPS et 2 KM. La relecture confirmait 12 MBPK et 10 MPS dont un avec micro-invasion. Deux MPS ont été reclassés en endosalpingiose et mésothéliome malin (MM) épithélioïde. Trois MBPK ont été reclassés en kyste simple ; 3 lésions de plus de 10 cm ont récidivé. Deux patients ont reçu une chimiothérapie (MPS micro-invasif et MBPK récidivant). La nature mésothéliale du MPS et MBK doit dans un premier temps être confirmée par un panel IHC adapté ; il faut ensuite rechercher les critères suspects pour ne pas méconnaître un MM. Le MPS est une tumeur bénigne, ne récidivant pas après exérèse. Une lésion supra centimétrique plurifocale avec atypies cytologiques, mitoses et/ou foyer(s) (micro)infiltrant(s), doit alerter le pathologiste et faire discuter un MM. La perte d’expression immunohistochimique de BAP1 aidera à confirmer la malignité. Le MBPK est une tumeur à potentiel de récidive locale tardive, notamment s’il est de grande taille. Ses diagnostics différentiels principaux sont les kystes simples et le MM dans une forme kystique. La relecture systématique de ces lésions permet de confirmer le diagnostic et la terminologie référencée par l’OMS doit être utilisée afin d’homogénéiser les pratiques et d’éclairer la prise en charge. Celle-ci est dominée par la résection chirurgicale complète éventuellement associée à une chimiothérapie adjuvante pour dans les cas multi focaux ou récidivants ; enfin une surveillance à long terme doit être instaurée.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_spe_2020_Cassagne.pdf (2.99 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02864544 , version 1 (11-06-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02864544 , version 1

Cite

Aude Cassagne. Étude rétrospective de 29 cas de lésions mésothéliales « bénignes » péritonéales : données clinicopathologiques, difficultés diagnostiques, modalités de prise en charge. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02864544⟩
220 View
817 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More