Rupture des membranes à terme avant travail et conditions locales favorables.<br>Etude multicentrique comparant trois modes de prise en charge : déclenchement d’emblée, expectative 24h et expectative 48h - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Rupture des membranes à terme avant travail et conditions locales favorables.
Etude multicentrique comparant trois modes de prise en charge : déclenchement d’emblée, expectative 24h et expectative 48h

Abstract

Background: premature rupture of the membranes at term (PROM) is a frequent event. Its occurrence can lead to several complications, both maternal, fetal and neonatal. Approximately 25 percent of these patients have a favorable cervix at the time of admission to maternity. As there is no consensus on management, the identification of an optimal interval for the onset of labor that minimises obstetric and infectious risks appears to be a real challenge in this context. Materials and methods: we conducted a retrospective, multi-centered, observational study in three centers with different treatment policies: immediate induction (Robert Debré maternity), 24-hours expectation (Port-Royal maternity) or 48-hours expectation (Trousseau maternity). Our main judgment criterion was caesarean section by failure to induce. Our secondary endpoints were infectious maternal outcomes, infectious neonatal outcomes, and obstetrical outcomes related to oxytocin use. Our analyses were performed with intent to treat and then per-protocol. Main results: the rate of caesarean section by failure to rinduce was similar in all three groups. In case of expectation, the extension of this one beyond 24 hours did not increase the rate of spontaneous labour. Despite higher use of oxytocin at Robert Debré, related obstetrical consequences (uterine rupture, postpartum hemorrhage) were not more frequent compared with other centers. Moreover, the waiting period did not influence the infectious outcomes of the mother-child couple. Conclusion: this study did not allow us to identify an optimal management protocol to reduce maternal-fetal risks. On the other hand, though, the data in the literature does not recommend an expectation of more than 48 hours. The decision concerning the mode of management in the case of premature rupture of the membranes at term with favorable local conditions should therefore take into account the patient's wishes and the service constraints. Further researches are needed to conclude.
Introduction : la rupture des membranes à terme avant travail est un évènement fréquent. Sa survenue peut entrainer un certain nombre de complications tant sur le plan maternel que sur le plan fœtal et néonatal. Environ 25% de ces patientes présentent un col favorable au moment de leur admission en maternité. La prise en charge n’étant pas consensuelle, l’identification d’un intervalle optimal d’entrée en travail minorant les risques obstétricaux et infectieux apparait être dans ce contexte un réel enjeu. Matériel et méthode : nous avons mené une étude observationnelle, rétrospective et multicentrique au sein de trois centres préconisant des politiques de prise en charge différentes : déclenchement d’emblée (maternité Robert Debré), expectative 24h (maternité Port-Royal) ou expectative 48h (maternité Trousseau). Notre critère de jugement principal était la césarienne par échec de déclenchement. Nos critères de jugement secondaires étaient les suivants : les issues maternelles infectieuses, les issues néonatales infectieuses ainsi que les issues obstétricales liées à l’utilisation d’oxytocine. Nos analyses ont été réalisées en intention de traiter puis en per-protocole. Résultats principaux : le taux de césarienne par échec de déclenchement retrouvé était similaire dans les trois groupes. En cas d’expectative, la prolongation de celle-ci au-delà de 24h n’augmentait pas significativement le taux d’entrée en travail spontané. Malgré une utilisation plus importante d’oxytocine à Robert Debré, les conséquences obstétricales liées à celle-ci (rupture utérine, hémorragie du post-partum) n’étaient pas plus fréquentes comparativement aux autres centres. Par ailleurs, le délai d’expectative retenu n’influençait pas les issues infectieuses du couple mère-enfant. Conclusion : cette étude ne nous a pas permis d’identifier un protocole de prise en charge optimal réduisant les risques materno-fœtaux. En revanche, les données de la littérature ne préconisent pas une expectative supérieure à 48h. La prise de décision concernant le mode de prise en charge en cas de rupture des membranes à terme avant travail avec des conditions locales favorables devrait donc intégrer les souhaits de la patiente et les contraintes de service. Une étude de plus grande envergure serait nécessaire pour conclure.
Fichier principal
Vignette du fichier
memoire_esfbaudelocque_Altundag_Huda_DUMAS.pdf (2.88 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-02936376 , version 1 (18-09-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02936376 , version 1

Cite

Huda Altundag. Rupture des membranes à terme avant travail et conditions locales favorables.
Etude multicentrique comparant trois modes de prise en charge : déclenchement d’emblée, expectative 24h et expectative 48h. Gynécologie et obstétrique. 2020. ⟨dumas-02936376⟩
132 View
409 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More