Erasmus France/Italie : une forme d'exil ? - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2018

Erasmus France/Italie : une forme d'exil ?

Abstract

This thesis will focus on the Erasmus exchange program (EuRopean Action Scheme for the Mobility of University Students). Two destinations will be studied: France and Italy, in order to carry out a comparative study focusing on the decade 2007-2017. This is due in particular to an enormous on-site research conducted both with students who were in university exchanges in one of the two countries at the time of writing this project or who were in the past.
We will try to understand who is leaving, what they are getting out of, what they are learning for themselves and others, what the impact of this mobility is from both an educational and psychological point of view (the student is sometimes confronted with an unexpected division, transcending oneself, discovering emotions for which - often - he is not ready). It is this self-discovery offered by mobility like the Erasmus we are focusing on. It is a time that allows young people to ask questions about their identity in order to position themselves socially by finding their place in relation to others (both for assimilation and for differentiation).
So many aspects that we will face that will lead us to see that Erasmus is a break in our daily lives and with what is foreseeable. It's a journey both geographically and internally. A mobility like Erasmus seems like a pilgrimage, a junction with itself, which constantly explores the student's place in the world and in society.
In this research project we will highlight many trends that occur during the journeys (euphoria, nostalgia for the land of origin and what the students left behind. Then comes the moment of discovery and encounter with this new land and with its inhabitants before being accepted into a third phase.) The Erasmus student, exiled, then reaches his ultimate goal: to regain his social status. We will see that at the end of this last phase, when the time has come to return - inevitable or almost so - the student may feel deported (exiled) a second time as he is forced to "uproot" himself from his host country, by people with whom he has forged strong ties.
Ce mémoire aura pour objet le programme d'échange Erasmus (EuRopean Action Scheme for the Mobility of University Students). Deux destinations seront étudiées : la France et l'Italie, afin d'en faire une étude comparative en nous concentrant sur la décennie 2007-2017. C'est notamment grâce à une vaste enquête de terrain, menée à la fois auprès d'étudiants qui étaient en échanges universitaires dans l'un des deux pays au moment de la rédaction de ce travail ou qui l'avaient été par le passé. Nous chercherons à comprendre qui sont ceux qui partent, que leur apporte le fait de partir, qu'apprennent-ils sur eux et sur les autres, quel est l'impact d'une telle mobilité tant d'un point de vue pédagogique que psychologique (l'étudiant se retrouve confronté à une division parfois inattendue, dépassement de soi, découverte d'émotions auxquelles – bien souvent – il n’est pas préparé). C'est cette découverte de soi que propose une mobilité telle qu'Erasmus sur laquelle nous nous concentrons. C'est un moment qui permet aux jeunes, se posant des questions sur leur identité de se positionner au niveau social en trouvant leur place par rapport à autrui (tant pour les assimilations que pour les différenciations). Autant d'aspects que nous aborderons et qui nous amènerons à constater qu'Erasmus est une rupture avec la vie quotidienne et avec ce qui est prévisible. Il s'agit à la fois d'un voyage tant d'un point de vue géographique qu'intérieur. Une mobilité telle qu'Erasmus apparaît tel un pèlerinage, une traversée avec soi-même qui met, continuellement, en discussion la place de l'étudiant dans le monde et dans la société. Dans ce travail de recherche nous mettrons en lumière de nombreuses tendances qui se mettent en place lors de déplacements (l’euphorie, nostalgie de la terre d’origine et de tout ce que les étudiants ont laissés derrière eux. Vient ensuite le moment de la découverte et de la rencontre avec cette nouvelle terre, et avec ses habitants, avant de laisser place dans un troisième temps à l’acceptation.) L’étudiant Erasmus, exilé, atteint alors son but ultime : reconquérir un statut social. Nous verrons qu'au terme de cette dernière phase, lorsqu’est venu le moment du retour – inévitable ou presque – l’étudiant peut se sentir exilé une seconde fois puisqu’il est « arraché » de force à sa terre d’accueil, avec qui il a tissé des liens solides.
Fichier principal
Vignette du fichier
KALFAS_Melina_MEMOIRE_M1.pdf (2.66 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-02944350 , version 1 (21-09-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02944350 , version 1

Cite

Mélina Kalfas. Erasmus France/Italie : une forme d'exil ?. Sciences de l'Homme et Société. 2018. ⟨dumas-02944350⟩
954 View
959 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More