Étude de l’association entre les différentes atteintes cliniques et l’expression d’OX40 sur les lymphocytes T auxiliaires dans le lupus érythémateux systémique - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

OX40+ Tph (CXCR5-, ICOS+, PD-1hi): a novel biomarker of disease activity and renal involvement in lupus?

Étude de l’association entre les différentes atteintes cliniques et l’expression d’OX40 sur les lymphocytes T auxiliaires dans le lupus érythémateux systémique

Abstract

OX40+ Tph (CXCR5-, ICOS+, PD-1hi): a novel biomarker of disease activity and renal involvement in lupus? Introduction. Systemic lupus erythematosus is an autoimmune disease that is heterogeneous in presentation and complex in pathophysiology. The OX40/OX40L co-stimulation axis has been described as potentially implicated in pathogenesis by participating in a loop of amplification of autoantibody production through T follicular helpers (CXCR5+, ICOS+, PD-1+) - stimulated B cells. Recently a new subpopulation of T helpers, the T peripheral helpers (Tph) (CXCR5-, ICOS+, PD-1hi), has been described. However, their role in the physiopathology of SLE and how OX40/OX40L axis is involded in their function, is still unknown. Objective. To study the expression of OX40 by the different sub-populations of helper T lymphocytes and to look for an association between OX40 expression on these T cells and a particular clinical profile of the disease. Methods. Blood samples from 61 SLE patients followed in Bordeaux University hospital and 38 controls were studied. The fraction of each subtype of T cells (LTh1, LTh2, LTh17, LTfh and LTph) as well as the percentage of each subtype expressing OX40 were determined by flow cytometry. These data were cross-referenced with clinical data using STATA© 13.1 software. Results. The expression of OX40 by each T cell helper subtype was greater in SLE patients compared to the control subjects. However, only the percentage of OX40+ Tph was correlated with disease activity markers namely the SLEDAI (positive correlation between OX40+Tph% and SEDAI; r=0.33; p=0.008), anti-dsDNA antibody levels (r=0.38; p=0.003), C3 (negative correlation between OX40+Tph% and C3; r=-0.49; p= 0.0002) and C4 levels (r=-0.41; p= 0.017). Activated ICOS+ Tph correlated with activity markers but not ICOS+ Tfh. Finally, the percentage of OX40+ Tph was associated with active renal impairment (mean ± SD of percentage of circulating OX40+ Tph in patients with nephritis 33.1% ± 17.1 % vs 20.8% ± 15.1 in patients without nephritis; p=0.007) and positively correlated with proteinuria (r=0.31; p=0.017). Conclusion. SLE patients have an increased percentage of OX40+ Tph compared to healthy subjects and this number is associated with clinical and biological activity markers as well as renal impairment.
Les OX40+ Tph (CXCR5-, ICOS+, PD-1hi): un nouveau biomarqueur de l’activité de la maladie et de l’atteinte rénale dans le lupus? Introduction. Le lupus érythémateux systémique est une maladie auto-immune hétérogène dans sa présentation. Sa physiopathologie est complexe. L’axe de co-stimulation OX40/OX40L a été décrit comme pouvant être impliqué dans la pathogénèse en participant à une boucle d’amplification de la production des autoanticorps par des lymphocytes B stimulés par les lymphocytes Tfh (CXCR5+, ICOS+, PD-1+). Récemment, une nouvelle sous population de lymphocytes auxiliaires a été décrite, les Tph (CXCR5-, ICOS+, PD-1hi). Cependant, leur rôle dans la physiopathologie du LED et la manière dont l'axe OX40/OX40L est impliqué dans leur fonction, est encore inconnu. Objectif. Étudier l’expression d’OX40 par les différentes sous-populations de lymphocytes T auxiliaires et rechercher une association entre l’expression d’OX40 sur ces LT et un profil clinique particulier de la maladie. Méthodes. Les échantillons de sang de 61 patients atteints de LED suivis au CHU de Bordeaux et de 38 sujets contrôles ont été prélevés de façon prospective. Le nombre et la proportion de chaque sous-type de lymphocytes T (LTh1, LTh2, LTh17, LTfh et LTph) ainsi que le pourcentage de chaque sous-type exprimant OX40 ont été déterminé par cytométrie de flux. Ces données ont été croisées aux données cliniques en utilisant STATA© 13.1 software. Résultats. L’expression d’OX40 par chaque sous type de LT auxiliaires était plus importante chez les patients lupiques que chez les sujets contrôles. Cependant, seul le pourcentage d’OX40+Tph était corrélé aux marqueurs d’activité de la maladie, à savoir le SLEDAI (corrélation positive entre OX40+Tph% et le SEDAI ; r=0.33; p=0.008), le taux d’Ac anti ADN (r=0.38; p=0.003), et les taux de C3 (corrélation négative entre OX40+Tph% et le C3 ; r=-0.49; p= 0.0002) et de C4 (r=-0.41; p= 0.017). Les Tph ICOS+ activés étaient corrélés aux marqueurs d’activité mais pas les Tfh ICOS+. Enfin, le pourcentage d’OX40+ Tph était associé à l’atteinte rénale active (moyenne ± DS du pourcentage d’OX40+ Tph circulants chez les patients avec une néphrite active 33.1% ± 17.1 % vs 20.8% ± 15.1 chez les patients sans néphrite; p=0.007) et positivement corrélée à la protéinurie (r=0.31; p=0.017). Conclusion. Les patients lupiques ont un pourcentage d’OX40+ Tph augmenté par rapport aux sujets sains et ce nombre est associé aux marqueurs d’activité clinique et biologique et à l’atteinte rénale.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_spe_2020_Odriozola.pdf (1.16 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02945282 , version 1 (22-09-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02945282 , version 1

Cite

Itsaso Odriozola. Étude de l’association entre les différentes atteintes cliniques et l’expression d’OX40 sur les lymphocytes T auxiliaires dans le lupus érythémateux systémique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02945282⟩
84 View
25 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More