La comorbidité dépressive chez les sujets épileptiques: une revue non-exhaustive de la littérature - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Depressive comorbidity in epileptic patients: a non-exhaustive literature review

La comorbidité dépressive chez les sujets épileptiques: une revue non-exhaustive de la littérature

Abstract

Epilepsy is one of the most common neurologic conditions affecting around 50 million people around the world. Half of these individuals suffer from psychiatric comorbidity and depression is the most common psychiatric comorbid disorder. This non-exhaustive literature review aims to draw a picture of the current state of knowledge pertaining to this comorbidity epidemiology and set out new leads for its detection and treatment. For the purposes of this study, international publications made public on the PubMed database between 2000 and 2019 were reviewed. Data extracted from this sample suggests that depression is affecting between 7.1% and 85.3% of epileptic individuals resulting in an average prevalence of depression amounting to 28.4%. Several socio-demographic, clinical or treatment-related factors have been found to increase the risk of suffering from depression. Depressive comorbidity has an important functional impact: it affects the quality of life of epileptic individuals, diminishes their observance of and tolerance to anti-epileptic treatments and aggravates their medical prognostic by increasing both their resistance to treatment and suicidal risk. Despite these well-known effects, depression remains an under-diagnosed and under-treated comorbidity. A specific self-questionnaire named NDDI-E allows for the detection of depressive symptoms in epileptic individuals and should be systematically used for each new diagnosis and then once a year for the neurological monitoring of the individual. When depression is evidenced, a pharmacologic treatment might become necessary. Selective serotonin reuptake inhibitors, such as escitalopram and citalopram should be given priority. Their combination with non-pharmacological interventions such as cognitive-behavioral therapy may also be considered.
L’épilepsie est une des affections neurologiques les plus fréquentes qui affecte environ cinquante millions d’individus dans le monde. La moitié des sujets épileptiques souffrent de comorbidités psychiatriques et la dépression constitue le trouble psychiatrique comorbide le plus souvent rencontré. L’objectif de cette revue non-exhaustive de la littérature est de faire état des connaissances actuelles sur l’épidémiologie de cette comorbidité et de proposer des pistes de prise en charge afin d’améliorer son dépistage et son traitement. Nous avons étudié la littérature internationale publiée entre 2000 et 2019 sur la base de données PubMed. Les données de la littérature suggèrent que la dépression affecte entre 7,1 et 85,3% des sujets épileptiques pour une prévalence moyenne de la dépression de 28,4%. Un certain nombre de facteurs socio-démographiques, cliniques ou liés aux traitements majorent le risque de dépression. La comorbidité dépressive a un retentissement fonctionnel important. Elle altère la qualité de vie des sujets épileptiques, diminuent leur observance et leur tolérance au traitement antiépileptique et aggrave leur pronostic en favorisant la résistance au traitement et en augmentant le risque suicidaire. Malgré ces considérations, la dépression reste une comorbidité sous-diagnostiquée et sous-traitée. Un auto-questionnaire spécifique, le NDDI-E permet de dépister la présence de symptômes dépressifs chez les sujets épileptiques et devrait être utilisé de façon systématique lors de tout nouveau diagnostic d’épilepsie puis de façon annuelle au cours du suivi neurologique des patients. En cas de dépression, la mise en place d’un traitement pharmacologique peut s’avérer nécessaire. Les antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine tels que l’escitalopram et le citalopram sont à privilégier. L’association à des interventions non-pharmacologiques comme les thérapies cognitivo-comportementales peut également être envisagée.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_spe_2020_Tourenne-Violeau.pdf (831.07 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02946733 , version 1 (23-09-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02946733 , version 1

Cite

Julia Tourenne-Violeau. La comorbidité dépressive chez les sujets épileptiques: une revue non-exhaustive de la littérature. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02946733⟩
103 View
288 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More