Application en médecine générale des recommandations de la SPILF (2014-2015) concernant les cystites aiguës simples de la femme et les infections urinaires masculines non graves en matière de prescription d’examens complémentaires et d’antibiotiques dans la région Languedoc-Roussillon en 2018 - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2018

Application en médecine générale des recommandations de la SPILF (2014-2015) concernant les cystites aiguës simples de la femme et les infections urinaires masculines non graves en matière de prescription d’examens complémentaires et d’antibiotiques dans la région Languedoc-Roussillon en 2018

Abstract

Introduction : les médecins généralistes sont les premiers prescripteurs d’antibiotiques en France et les infections urinaires (IU) représentent le 3e site d’infection. Afin de maîtriser l’augmentation des résistances bactériennes, la SPILF a édité en 2014 des recommandations pour la prise en charge des IU. Matériel et méthode : cette enquête de pratique s’est déroulée de janvier à juin 2018. Un questionnaire a été envoyé par internet aux médecins généralistes du Languedoc-Roussillon, sous forme de 2 cas cliniques courts s’intéressant aux cystites aiguës simples et aux IU masculines non graves. Les résultats ont été analysés avec le test du Chi2. Résultats : sur les 3485 médecins généralistes inscrits, 383 ont répondu au questionnaire, échantillon représentatif de la population médicale de la région. Pour les cystites aiguës simples, la bandelette urinaire n’est pas assez utilisée (44,4%). Un ECBU initial est plus souvent prescrit par les médecins des zones rurales (p=0,01). Si la fosfomycine et le pivmécillinam restent les traitements probabilistes choisis en première et seconde intention (respectivement 95,3% et 62,5%), la ciprofloxacine et l’amoxicilline – acide clavulanique gardent une place encore trop importante. Chez l’homme, l’ECBU initial était largement prescrit (91%) mais l’antibiothérapie rarement différée. Parmi les antibiotiques, la ciprofloxacine est choisie dans 77% de cas alors que des molécules restent prescrites à tort dans 23% des cas. L’étude des facteurs de risque montre de manière significative l’impact positif des formations complémentaires en Infectiologie. Conclusion : les recommandations sont globalement bien suivies. Persistent encore le mésusage de certains antibiotiques et d’examens complémentaires. La formation au travers de Diplômes Universitaires ou encore de sites interactifs semble une voie d’amélioration des pratiques.
Fichier principal
Vignette du fichier
ThEx_Montpellier_UM_Med_2018_Chevallard_Julie.pdf (9.73 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-02956414 , version 1 (02-10-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02956414 , version 1

Cite

Julie Chevallard. Application en médecine générale des recommandations de la SPILF (2014-2015) concernant les cystites aiguës simples de la femme et les infections urinaires masculines non graves en matière de prescription d’examens complémentaires et d’antibiotiques dans la région Languedoc-Roussillon en 2018. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02956414⟩
104 View
55 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More