Déterminants dans la pratique sédative à domicile chez le patient en fin de vie ? - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2018

Déterminants dans la pratique sédative à domicile chez le patient en fin de vie ?

Abstract

La sédation est encadrée par la loi Léonetti-Claeys du 2 février 2016. C’est une pratique complexe et lourde de sens du fait qu’elle prive le patient en fin de vie de ses capacités relationnelles et de son autonomie. Elle est source de souffrance pour l’entourage mais aussi pour les équipes médicales et paramédicales qui accompagnent cette demande, d’autant plus lorsqu’elle est pratiquée au domicile. Cette étude observationnelle multicentrique de type cas-témoins s’adresse aux médecins de l’ex région du Languedoc-Roussillon exerçant en réseau de soins palliatifs, en équipe mobile de soins palliatifs et en équipe d’hospitalisation à domicile par un questionnaire personnalisé en ligne. L’objectif principal est de connaître les déterminants de la mise en place d’une sédation à domicile chez le patient en fin de vie. L’objectif secondaire est l’analyse des pratiques sédatives. Vingt patients ont été inclus sur trois mois, onze cas et neuf témoins. L’anxiété a été retrouvée comme un facteur déterminant de la sédation dans 81,8 % des cas (soit 9 cas sur 11) contre 22,2 % des témoins (soit 2 témoins sur 9) avec un p significatif à 0,0216. La dyspnée, l’insomnie, les douleurs, les symptômes psychiques et les enjeux relationnels avec le médecin traitant n’avaient pas un p significatif et ne permettaient pas de conclure. Le MIDAZOLAM a été utilisée dans 90,9 % des cas, le TRANXENE © dans 18,2 %, une utilisation concomitante des 2 molécules dans 9,1 % des cas. 5 des sédations sur 11 ont été débutées par titration. Un débit continu sur 24 h est prescrit dans 9 cas et en débit discontinu de type jour-nuit dans 2 cas. En plus du débit continu ou discontinu, des bolus ont été réalisés uniquement dans 3 cas. 5 des sédations ont débuté suite à l’application de prescriptions anticipées. Le dépistage et le traitement précoce de l’anxiété par le médecin généraliste permettrait d’améliorer la qualité d’accompagnement du patient en fin de vie et de son entourage et peut-être de réduire le nombre de sédations.
Fichier principal
Vignette du fichier
ThEx_Montpellier_UM_Med_2018_Ebert_Marie-Agnes.pdf (1.92 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02963112 , version 1 (09-10-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02963112 , version 1

Cite

Marie-Agnès Ebert. Déterminants dans la pratique sédative à domicile chez le patient en fin de vie ?. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02963112⟩
108 View
132 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More