Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

La réception de la trap en France : du genre musical à la culture trap

Résumé : Entendue comme un genre musical inspiré du rap, la trap est apparue au court des années 1990 dans le sud des États-Unis. Issue du Dirty South, elle commence à se populariser en France à partir des années 2000, mais aussi dans d'autres pays d'Europe comme le Portugal, l'Espagne ou encore en le Japon. Dans ce processus de globalisation, son héritage historique – lié à Atlanta et à l'univers des bandes et du trafic de drogue – tend à s'occulter ; en effet, si toutes les personnes interrogées ont entendu parler du mot trap, elles sont peu nombreuses à pouvoir le définir clairement. Pour autant, de plus en plus réduite à un style, elle semble s'essentialiser : dans ce qu'elle porte en termes de références culturelles, il en est certaines qui semblent être partagées par les différentes communautés de publics à l'échelle globale. Elles s'expriment alors en dehors de la sphère musicale, notamment à travers les modes de vie et la mode. Il s'agira donc pour nous de les identifier en France à travers l'étude des publics, pour comprendre quels sont les canaux de communication et les relais culturels privilégiés de la réception du genre U.S. en France.
L'analyse linguistique du mot trap, de ses origines anglaises à ses usages en français permet d'appréhender les différents sens du mot et les relations qu'ils entretiennent avec la perception du genre. Ce dernier sera défini, aussi bien sur le plan musical – en termes de composition et de production – que sur le plan esthétique. Influencé par une scène locale dont les dynamiques trouvent des échos sur le plan international, le genre passe de scènes alternatives à des scènes institutionnelles au fur et à mesure qu'il gagne en popularité. Producteur d'images, c'est un genre rattaché au gangsta rap et au bling-bling, mais a cela de particulier qu'il témoigne d'une tension entre ce que j'ai choisi d'appeler ascension et dépression. Il est à la fois un hymne à la richesse, qu'elle soit spirituelle ou matérielle, mais aussi à la destruction, à la perte de sens et à l'injustice.
En France, les publics de la trap forment des communautés hétérogènes, de différentes classes sociales, le plus souvent entre 15 et 30 ans. Entretenant un lien important avec les pratiques digitales, les publics du genre utilisent les réseaux avant tout pour suivre les artistes. En ce que la trap est une musique de soirée et d'expériences, elle invoque aussi chez eux certains sentiments de liberté et d'insolence. Si elle est perçue avant tout comme une musique, la trap peut aussi être liée dans les discours à des sensations. Les artistes tiennent par ailleurs une place importante dans la réception du style, devenant des icônes pour les publics les plus jeunes. Ainsi, la trap tend à s'exprimer à travers les modes de vie et la culture des différents publics. En s'autonomisant, l'usage du mot tend à faire référence à des univers toujours plus implicites et pourtant très codifiés. La trap s'exprime alors en dehors de la musique à travers des objets et des coutumes.
Du genre musical à la culture trap, les enjeux de communication pour les artistes et les acteurs de la scène semblent favoriser le personal branding et l'image de marque, aussi bien en terme d'esthétique que de personnalité. Dans ce processus, les médias apparaissent comme canaux de communication privilégiés des acteurs du genre, aussi bien la presse que les réseaux sociaux. Ces derniers servent à susciter l'engagement des publics et deviennent des outils incontournables dans un environnement toujours plus digitalisé. Par ailleurs, les marques profitent autant qu'elles alimentent cette culture : en profitant de la vague streetwear, mais aussi en bénéficiant du goût toujours plus prononcé pour le luxe, les relations entre marques et artistes tendent à évoluer. Les artistes deviennent des influenceurs de choix pour les marques alors que la marque devient pour l'artiste une expression de sa casquette d'entrepreneur. En tant que phénomène glocal, la trap invoque un système de réseaux complexes qui oscille entre collaboration et distinction. Elle est l'expression d'une culture globale qui tend à devenir un label.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02965741
Contributor : Clara Musy <>
Submitted on : Tuesday, October 13, 2020 - 2:47:51 PM
Last modification on : Wednesday, December 16, 2020 - 11:44:58 AM
Long-term archiving on: : Thursday, January 14, 2021 - 7:09:27 PM

File

LAFFIAC Melanie_DUMAS.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02965741, version 1

Citation

Mélanie Laffiac. La réception de la trap en France : du genre musical à la culture trap. Sciences de l'information et de la communication. 2018. ⟨dumas-02965741⟩

Share

Metrics

Record views

18

Files downloads

4