La sélectivité de la chasse chez les oiseaux - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Selective bird hunting

La sélectivité de la chasse chez les oiseaux

Léa Bezier
  • Function : Author

Abstract

Harvest of wild animals (hunting and fishing) can be selective by targeting individuals depending on physical traits (their phenotype). It has been largely studied in fish and mammals (trophy hunting) but few articles investigate selective bird hunting. With more than 50 million birds harvested each year in Europe, it could have severe consequences on the populations. We suggest a methodology to test for a selection in bird hunting on three physical traits (weight, wing and tarsus length), taking the natural trait variability into account. Thus, we can consider the potential selectivity sensu stricto, regardless of the spatiotemporal traits’ variations in the populations. The analysis in this report are performed on mallards (Anas platyrhynchos) ringed in France from August to March, between 1940 and 2020. The results suggest that mallard hunting is not selective on the weight and the tarsus length. Harvested mallards have shorter wings but this difference is very small and thus it might not have an evolutionary impact on the populations. The probability of being harvested does not depend on the condition index either, contrary to our primary hypothesis. This does not rule out a potential selection in bird hunting for other species or for other traits, like demographic or behavioural traits.
Le chasse et la pêche peuvent cibler certains individus selon leurs caractéristiques physiques (leur phénotype) on parle de prélèvement sélectif. Étudiée chez les poissons et les mammifères, peu d’articles se penchent cependant sur une éventuelle sélectivité de la chasse chez les oiseaux. Or, avec plus de 50 millions de prélèvements chaque année en Europe, elle pourrait avoir d’importantes conséquences sur les populations. On propose une méthodologie pour tester la sélectivité de la chasse des oiseaux sur trois traits morphométriques, la masse, les longueurs d’aile et de tarse. Elle permet de prendre en compte la variabilité naturelle des traits, et ainsi de s’intéresser à la sélectivité de la chasse sensu stricto, indépendamment des variations spatio-temporelles des valeurs de traits dans les populations. Les analyses présentées dans ce rapport sont réalisées sur le canard colvert (Anas platyrhynchos) avec des individus bagués en France d’aout à mars, entre 1940 et 2020. Les résultats suggèrent que la chasse n’est pas sélective sur la masse et sur la longueur de tarse. La longueur d’aile est significativement plus courte chez les individus tués à la chasse, mais cette différence est très faible et pourrait ne pas impacter les populations d’un point de vue évolutif. La probabilité d’être repris ne dépend pas non plus de l’indice de condition corporelle des individus, contrairement à notre hypothèse de départ. Cela n’exclut pas une éventuelle sélectivité de la chasse chez d’autres espèces d’oiseaux ou sur des caractères non étudiés, comme des traits démographiques ou bien comportementaux.
Fichier principal
Vignette du fichier
2020_Bézier_Lea_DataScience.pdf (1.52 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-02966978 , version 1 (14-10-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02966978 , version 1

Cite

Léa Bezier. La sélectivité de la chasse chez les oiseaux. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02966978⟩
34 View
52 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More