Collaboration pharmaciens d'officine - centre antipoison et de toxicovigilance : état des lieux et perspectives en Nouvelle-Aquitaine - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Collaboration between community pharmacists and poison control center: inventory and perspectives in Nouvelle-Aquitaine

Collaboration pharmaciens d'officine - centre antipoison et de toxicovigilance : état des lieux et perspectives en Nouvelle-Aquitaine

Abstract

Introduction : Community pharmacists contribute to primary care and face poisoning during their exercise. However, they make little use of Poison Control Centers. The purpose of this study is to analyze the relationships between community pharmacists and the Poison Control Center of Nouvelle Aquitaine (NA). Methods: Two studies have been done: a retrospective corresponding to an inventory of calls made by pharmacies of NA and received by the Poison Control Center of NA from an extraction of the national database of intoxication cases ; and a cross-section looking at the opinion that pharmacists of NA have about the services of the Poison Control Center through a questionnaire. Results: In 2017, 120 calls from NA’s community pharmacies were received by NA’s Poison Control Center. The majority concerned children aged from 1 to 4 (20,8 %), 44,2 and 51,7 % of exposures were of zero and low severities, they were mainly acutes and accidentals (92,5 and 96,6 %) and involved a pharmaceutical specialty in 28,5 % of the cases. The pharmacists questioned were 43,2 % to have already used a Poison Control Center and 61,0 % to have been consulted at least once for an opinion during intoxication. The envenomations were the most frequently encountered. Initial and continuing training for pharmacy practice remains insufficient according to the majority of pharmacists questioned (88,1%). Conclusion: Frontline health actor, the community pharmacist can be a key player in the early care of poisonings as well as in their prevention, provided that he is trained. Although the majority of intoxication cases encountered at the pharmacy are of low severity, the use of the CAPTV would allow this care to be optimized, and thus contribute reducing the number of people in emergency services.
Introduction : Les pharmaciens d’officine contribuent aux soins de premier recours et sont confrontés à des intoxications au cours de leur exercice. Cependant, ils font peu appel aux Centres Antipoison et de Toxicovigilance (CAPTV). L’objectif de cette étude est d’analyser les rapports entre les pharmaciens d’officine et le CAPTV de Nouvelle Aquitaine (NA). Matériel et Méthodes : Deux études ont été réalisées : une rétrospective correspondant à un état des lieux des appels passés par les pharmacies d’officine de NA et reçus par le CAPTV de NA issus d’une extraction de la base nationale des cas d’intoxication ; et une étude transversale s’intéressant à l’avis qu’ont les pharmaciens d’officine de NA sur les services du CAPTV par le biais d’un questionnaire. Résultats : En 2017, 120 appels de pharmacies d’officine de NA ont été reçus par le CAPTV de NA. La majorité concernait des enfants âgés de 1 à 4 ans (20,8 %), 44,2 et 51,7 % des expositions étaient de gravités nulle et faible, elles étaient principalement aigues et accidentelles (92,5 et 96,6 %) et mettaient en cause une spécialité pharmaceutique dans 28,5 % des cas. Les pharmaciens interrogés étaient 43,2 % à avoir déjà fait appel à un CAPTV et 61,0 % à avoir au moins une fois été consultés pour un avis lors d’intoxication. Les envenimations étaient les plus fréquemment rencontrées. La formation initiale et continue pour la pratique officinale reste insuffisante selon la majorité des pharmaciens interrogés (88,1 %). Conclusion : Acteur santé de 1ère ligne, le pharmacien d’officine peut être un intervenant privilégié dans la prise en charge précoce des intoxications ainsi que dans leur prévention à condition qu’il soit formé. Bien que la majorité des cas d’intoxication rencontrés au comptoir soit de faible gravité, le recours au CAPTV permettrait d’optimiser cette prise en charge, et contribuerait ainsi à la réduction de l’embolisation les services d’urgences.
Fichier principal
Vignette du fichier
Pharmacie_2020_Cordeau.pdf (2.3 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02968803 , version 1 (16-10-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02968803 , version 1

Cite

Maylis Cordeau. Collaboration pharmaciens d'officine - centre antipoison et de toxicovigilance : état des lieux et perspectives en Nouvelle-Aquitaine. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02968803⟩
107 View
234 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More