Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Connaissances et applications des principales cotations médicales. Études portant sur les médecins généralistes des Bouches-du-Rhône

Résumé : L’objectif était d’évaluer en pratique l'utilisation de la nomenclature médicale des principaux actes par les médecins généralistes installés des Bouches-du-Rhône et secondairement, d’étudier la connaissance de ces actes et les freins au codage des actes médicaux. Matériel et méthodes : il s’agissait d’une étude descriptive, déclarative et transversale par l’intermédiaire d’un questionnaire, envoyé par voie électronique. La population incluse était les médecins généralistes libéraux installés des Bouches-du-Rhône, du 12 février au 13 avril 2020. Résultats : 74 médecins ont été inclus. L’échantillon était représentatif des jeunes médecins. La pratique des actes portait sur 13 actes représentatifs, au sein de l’échantillon. Elle était hétérogène. Les actes les plus fréquents étaient la consultation pédiatrique, la prise en charge d’une dépression et la réalisation de l’électrocardiogramme Les femmes médecins avaient significativement tendance à réaliser plus de frottis cervico-vaginaux. Les cotations les plus méconnues étaient : prise en charge d’un patient en soins palliatifs à domicile ( 42.1% de l’effectif pratiquant l’acte) ; visite à domicile en urgence ( 38.8%) ; consultation avec réalisation d’une échelle d’évaluation de la dépression (31.7%). A l’opposé les codages les plus connus (100%) étaient : l’examen d’un enfant de moins de 6 ans et la réalisation du frottis. Les actes pour lesquels les médecins pratiquaient au mieux les cotations adéquates étaient la réalisation du frottis cervico-vaginal (93%), la visite à domicile (83%) et la réalisation de gardes (80%). Les codages les moins bien pratiqués étaient: la visite à domicile pour un patient en soins palliatifs (7%) et la consultation d’un patient avec réalisation d’une échelle d’évaluation de la dépression (20%). Les bons codeurs avaient tendance significativement à pratiquer la PDSA (p<0.05). Les freins au codage des actes les plus représentés étaient l’appréhension de la réaction des patients non-informés du tarif au préalable (61.3%), le manque de formation ou de professionnalisation au codage des actes (45.2%) et manque de temps (38.7%). Selon l’étude, la majorité utilisait un outil d’aide au codage (73%) et souhaitait une formation sur la thématique. Conclusion : la nomenclature médicale reste complexe et toujours d’actualité. Les médecins ne sont pas assez formés ni informés au vu des résultats, en termes de connaissance et de pratique du codage. Les freins au codage, connus, n’ont pas évolué. Les résultats prônent pour la promotion d’outils d’aide au codage et la mise en place de formations adaptées. Doit-on inciter à une professionnalisation du codage ? De plus, les nomenclatures utilisées pour le conventionnement des médecins ont participé à la crise existentielle de la médecine libérale.
Complete list of metadatas

Cited literature [154 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02968821
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Friday, October 16, 2020 - 10:17:52 AM
Last modification on : Tuesday, October 20, 2020 - 3:28:06 AM

File

Thèse finale-1.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02968821, version 1

Collections

Citation

Aurélien Steneck. Connaissances et applications des principales cotations médicales. Études portant sur les médecins généralistes des Bouches-du-Rhône. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02968821⟩

Share

Metrics

Record views

18

Files downloads

25