Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Vécu et ressenti des médecins généralistes installés dans les Hautes Alpes dans la prévention de la surexposition aux écrans des enfants en âge préscolaire.

Résumé : Contexte : les écrans et médias sont devenus omniprésents dans le quotidien d’une famille. Le problème de l’exposition à ces écrans des enfants de moins de 3 ans est croissant, et des impacts négatifs d’une surexposition sont de plus en plus décrits dans la littérature. La prévention de cette surexposition et l’éducation à l’utilisation des écrans est devenue une problématique sociétale ainsi que sanitaire. Le rôle des médecins généralistes dans cette prévention est en plein essor. Objectifs : mettre en avant les ressentis et le vécu des médecins généralistes des Hautes Alpes dans la prévention de la surexposition aux écrans des enfants d’âge préscolaire, puis élucider les difficultés rencontrées en vue d’améliorer cette prévention. Méthode : de décembre 2019 à Janvier 2020, une étude qualitative a permis d’inclure neuf médecins généralistes, interrogés de façon individuelle à l’aide d’un canevas d’entretien semi-dirigé. Les entretiens ont été enregistrés, retranscrits puis analysés manuellement. Résultats : les médecins se sentaient pour la plupart concernés par le problème de surexposition aux écrans des enfants d’âge préscolaire par application d’un principe de précaution. Ils exprimaient à la fois un manque de connaissances des impacts, et un rôle sociétal avant tout dans la prévention primaire et dans l’éducation des parents à l’utilisation des écrans. La notion de chaîne de prévention dans laquelle chaque intervenant de prévention avait sa place a été décrite. Ils étaient néanmoins convaincus qu’une évolution des rôles de chacun était à venir, et avec une meilleure formation sur le sujet et une valorisation de la prévention, étaient prêts à répondre du rôle d’éducateurs. Ils voyaient un bénéfice à inclure ce sujet dans les consultations systématiques du nourrisson. Les médecins ont insisté sur l’importance de déterminer le lien de cause à effet des écrans avec leurs impacts et d'analyser la surexposition comme une conséquence possible de problèmes sous-jacent, notamment relationnel, familial, social ou économique. Le médecin traitant est alors le premier contact des parents. Son rôle diagnostic et d’analyse de la situation globale est délicat mais très important, et déterminera un succès ou non d’une prévention par l’adaptation au cas par cas de sa prise en charge. Puis il lui faudra un bon réseau d’acteurs de prévention pour l’aider. Dans ce cas, les messages diffusés sur les impacts étaient jugés insuffisants à une modification des modes de vie. Conclusion : une meilleure information des médecins généralistes est nécessaire pour renforcer la prévention, et pour ce faire de nouvelles études pourraient être réalisées. Un équilibre entre participation sociétale dans l’éducation des parents et dans la prise en charge des problèmes sous-jacents, et la participation du médecin généraliste dans la prévention doit être un objectif principal.
Complete list of metadatas

Cited literature [65 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02968835
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Friday, October 16, 2020 - 10:23:36 AM
Last modification on : Tuesday, October 20, 2020 - 3:28:06 AM

File

thèse finale sans resumé.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02968835, version 1

Collections

Citation

Elsa Archambaud. Vécu et ressenti des médecins généralistes installés dans les Hautes Alpes dans la prévention de la surexposition aux écrans des enfants en âge préscolaire.. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02968835⟩

Share

Metrics

Record views

17

Files downloads

11