Préservation de la fertilité dans l’endométriose : étude de 52 cas en Aquitaine - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Oocyte vitrification in endometriosis: a report of 52 cases

Préservation de la fertilité dans l’endométriose : étude de 52 cas en Aquitaine

Abstract

Objective: to find predictive factors of vitrified oocytes number in patients with endometriosis who benefit from fertility preservation by oocyte vitrification. Design: retrospective, unicentric, observational cohort study between January 2000 and October 2019. Setting: Bordeaux University Hospital. Patients: fifty-two patients who underwent in total 101 Controlled Ovarian Stimulation (COS) cycles. Intervention: None. Main outcome: number of vitrified oocytes per cycle. Results: mean age of patients was 31.5 ± 4.3 years [20-39]. A predictive analysis of vitrified oocytes number was performed after exclusion of 11 cycles stopped during stimulation. The remaining 90 cycles were divided into 3 categories: low response (<4 oocytes), intermediate response (4-7 oocytes), satisfactory response (> 7 oocytes). AMH was highly predictive of this classification with mean levels of 1.06  0.7 ng/ml, 1.97  1.59 ng/ml and 2.81  2.04 ng/ml respectively for the three groups low, intermediate and satisfactory response (p <0.0001). AFC was also a good predictive factor with mean values of 8.25  2.82, 10.4  4.54 and 13.88  6.54 in these groups (p=0.001). The total dose of gonadotropins was also strongly correlated with this classification, with decreasing values in doses (4739  1749 IU/L, 3317  884 IU/L and 3265  1177 IU/L respectively for the three groups (p <0.001)). After multivariate analysis, only two variables were selected as independent predictive factors of vitrified oocytes number: AMH (p <0.0001, R=+0.404) and the total dose of gonadotropins used (p=0.001, R=-0.318). In contrast, endometriosis phenotype, ovarian involvement at the time of stimulation and history of ovarian surgery were not significantly correlated with the number of vitrified oocytes. Conclusion: in our study, results of oocyte vitrification in patients with endometriosis do not seem to be affected by medical history or endometriotic phenotype, but rather by low ovarian reserve, as assessed by AMH levels and insufficient hormonal stimulation response (as evidenced by increased doses of gonadotropins).
Objectif : rechercher des facteurs prédictifs du nombre d’ovocytes vitrifiés par cycle de stimulation ovarienne chez les patientes atteintes d’endométriose et adressées pour une préservation de la fertilité. Design : étude de cohorte rétrospective, unicentrique, observationnelle entre janvier 2000 et octobre 2019. Cadre : CHU de Bordeaux. Patients : cinquante-deux patientes ayant bénéficié au total de 101 cycles de stimulation ovarienne. Intervention : aucune. Critère de jugement principal : nombre d’ovocytes vitrifiés par cycle. Résultats : l’âge moyen des patientes était de 31,5  4,3 ans [20-39]. Une analyse prédictive du nombre d’ovocytes vitrifiés a été réalisée après exclusion de 11 cycles avec arrêt de traitement en cours de stimulation. Les 90 cycles restant ont été répartis en 3 catégories : réponse faible (<4 ovocytes), réponse intermédiaire (4 à 7 ovocytes), réponse satisfaisante (>7 ovocytes). L’AMH était fortement prédictive de ce classement avec des taux moyens de 1,06  0,7 ng/ml, 1,97  1,59 ng/ml et 2,81  2,04 ng/ml respectivement pour les groupes à réponse faible, intermédiaire et satisfaisante (p<0,0001). Le CFA était également un bon facteur prédictif avec des valeurs moyennes de 8,25  2,82, 10,4  4,54 et 13,88  6,54 dans les trois mêmes groupes (p=0,001). La dose totale de gonadotrophines injectée était elle aussi fortement corrélée à ce classement, avec une évolution décroissante des doses dans les trois groupes (4739  1749 UI/L, 3317  884 UI/L et 3265  1177 UI/L, p<0,001). En analyse multivariée, seules deux variables ont été sélectionnées comme paramètres prédictifs indépendants du nombre d’ovocytes vitrifiés : l’AMH (p<0,0001, R= +0,404) et la dose totale de gonadotrophines utilisée (p=0,001, R=-0,318). En revanche, le phénotype de l’endométriose, l’atteinte ovarienne au moment de la stimulation et l’antécédent de chirurgie ovarienne n’étaient pas significativement corrélés au nombre d’ovocytes vitrifiés. Conclusion : dans notre étude, les résultats de la vitrification ovocytaire des patientes atteintes d’endométriose ne semblent pas affectés par les antécédents ou le phénotype endométriosique, mais plutôt par une faible réserve ovarienne, telle qu’elle est évaluée par les taux d’AMH, et par une réponse insuffisante à la stimulation hormonale, ce dont témoigne la nécessité d’augmenter les doses de gonadotrophines administrées.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_spe_2020_Marie.pdf (9.55 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02982713 , version 1 (28-10-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02982713 , version 1

Cite

Emmanuelle Marie. Préservation de la fertilité dans l’endométriose : étude de 52 cas en Aquitaine. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02982713⟩
53 View
384 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More