Épidémiologie et facteurs de risques de bactériémie et de fongémies après transplantation hépatique au CHU Grenoble Alpes - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Épidémiologie et facteurs de risques de bactériémie et de fongémies après transplantation hépatique au CHU Grenoble Alpes

Théophile Gerster
  • Function : Author
  • PersonId : 1080805

Abstract

Introduction: Bloodstream infections are a major cause of morbidity and mortality among liver transplant recipients. This case-control study aimed to describe epidemiology, risk factors, and to evaluate the impact of those infections. Methods: We retrospectively analyzed the clinicals data of 207 liver transplant recipients, hospitalized in the Grenoble Alpes University-Hospital (France), between the 1st June 1995 and 1st April 2019 (69 cases et 138 controls). Results: The 69 cases presented a total of 151 bacteriemia and 7 fungemia. The median time to onset of the first episode was 48 days. Gram-Positive bacteria were isolated in 44,9% of cases, and Gram-Negative bacteria were isolated in 50,6% of those episodes. Microbiological and clinical epidemiology varied according to the time to onset of bacteriemia and fungemia. During the first Gram-Positive Cocci were predominant (66,7%), in association with a high frequency of catheter’s infections (21,7%). After this first month, Gram-Negative Bacilli were predominant (57,6%), in association with a high frequency of hepatobiliary complications (61,6%). The most frequent complication was the biliary stricture, which occurred at least once in 32.9% of patients. Significant independent risk factors for bacteremia and fungemia were as follows: occurrence of at least one episode of post-transplant bile leakage (OR = 3.86; CI 1.51-9.92), retransplantation (OR 9.62; CI 1.47-62.63). Significant independent protective factors for bacteremia and fungemia were as follows: prothrombin rate > 50% before transplant (OR 0.22; CI 0.08-0.57), non-refractory ascites before transplant (OR 0.22; IC 0.07-0.71). The mean stay in intensive care after transplant was significantly longer in the cases patients (13.6 days) than in the controls patients (9.4 days) (p = 0.0271). The average total stay after transplantation was also significantly longer in cases patients (43 days), than in controls patients (28.1 days) (p = 0.0001). The survival rates of the two groups were not significantly different (p = 0.8708). Conclusion: This study allows us to identify the microbiological and clinical epidemiology, but also the risk factors for bacteremia and fungemia in liver transplant patients. This brings us to a possible change on our local anti-infectious practices.
Introduction : Les bactériémies et fongémies constituent des causes majeures de morbidité et de mortalité chez les patients transplantés hépatiques. Cette étude cas-témoins mono-centrique a pour but, d’étudier l’épidémiologie, d’identifier des facteurs de risques, et d’évaluer l’impact de ces infections. Méthodes : Nous avons analysé rétrospectivement les données cliniques de 207 patients transplantés hépatiques, et hospitalisés au CHU Grenoble Alpes (France) entre le 1er Juin 1995 et le 1er Avril 2019 (69 cas et 138 témoins). Résultats : Les 69 cas ont présenté un total de 151 épisodes de bactériémies et 7 épisodes de fongémies. Le délai médian de survenue du premier épisode était de 48 jours. Les bactéries à Gram Positif (GP) ont été isolées dans 44,9%, et les bactéries Gram Négatif (GN) ont été isolées dans 50,6% de ces épisodes. L’épidémiologie microbiologique et clinique variait en fonction du délai de survenue des bactériémies et fongémies. Au cours du premier mois, les bactériémies à Cocci Gram Positifs étaient prédominantes (66,7%), en lien avec une fréquence élevée d’infections de voies d’abord (21,7%). Après ce premier mois, les bactériémies à Bacilles Gram Négatif étaient majoritaires (57,6%), en lien avec une fréquence élevée de complications hépatobiliaires (61,6%). La complication post-greffe la plus fréquente était la sténose biliaire, car survenue au moins une fois chez 32,9% des patients. Les facteurs de risques de bactériémies et de fongémies significatifs indépendants étaient les suivants : survenue d’au moins un épisode de fuite biliaire post-greffe (OR = 3,86 ; IC 1,51-9,92), re-transplantation (OR 9,62 ; IC 1,47-62,63). Les facteurs protecteurs de bactériémies et de fongémies significatifs indépendants étaient les suivants : taux de prothrombine >50 % avant la greffe (OR 0,22 ; IC 0,08-0,57), ascite non réfractaire avant la greffe (OR 0,22 ; IC 0,07-0,71). Le séjour moyen en réanimation en post-greffe était significativement plus long chez les cas (13,6 jours) que chez les témoins (9,4 jours) (p = 0,0271). Le séjour moyen total post-greffe était également significativement plus long chez les cas (43 jours) que chez les témoins (28,1 jours) (p = 0,0001). Les taux de survie des deux groupes ne présentaient pas de différence significative (p = 0,8708). Conclusion : Cette étude a permis d’identifier l’épidémiologie microbiologique et clinique, mais aussi les facteurs de risques des bactériémies et fongémies chez les patients greffés hépatiques. Elle permettra d’amener une possible réflexion sur nos pratiques anti-infectieuses locales.
Fichier principal
Vignette du fichier
2020GRAL5145_gerster_theophile(1)(D)_version_diffusion.pdf (3.98 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02986818 , version 1 (03-11-2020)

Identifiers

Cite

Théophile Gerster. Épidémiologie et facteurs de risques de bactériémie et de fongémies après transplantation hépatique au CHU Grenoble Alpes. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-02986818⟩
133 View
178 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More