Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Influence de la technique de réparation mitrale sur la taille d'annuloplastie

Résumé : Introduction : l’insuffisance mitrale par prolapsus valvulaire dégénératif est la deuxième valvulopathie la plus fréquente en Europe. Elle touche de plus le sujet jeune. Tous l’enjeu de cette maladie est donc une prise en charge optimal en combinant une réparation suffisamment précoce avant un retentissement cardiaque irréversible et une chirurgie la plus efficace qui soit afin de prévenir les récidives et d’obtenir un résultat fonctionnel satisfaisant. Deux techniques chirurgicales de réparation se sont généralisées dans le monde, la résection du tissus prolabé et la mise en place de néocordages prothétiques. L’objectif de ce travail était, après avoir fait le point sur les connaissances concernant l’insuffisance mitrale dégénérative, de comparer l’impact de la technique chirurgicale sur la taille de l’annuloplastie, d’éventuellement mettre en évidence un impact en terme de gradient trans-mitral et d’avoir une comparaison plus globale des résultats de ces deux techniques. Puis nous avons comparé la morbi-mortalité post-opératoire en fonction de l’indication opératoire initiale. Méthode et résultats : il s’agit d’une étude monocentrique rétrospective sur la Timone à Marseille portant sur 603 patients opérés d’insuffisance mitrale primaire par prolapsus dégénératif entre Janvier 2006 et Mars 2019. 65,5%des patients ont reçu des néocordages de Gore-Tex° et 34,5% une résection plus ou moins étendue du tissus prolabé. Le groupe résection était plus agé (64,3 ans en moyenne) plus symptomatique (29,7% NYHA III et 7,1% NYHA IV), avaient un Euroscore 2 plus haut et présentait plus d’HTA. Ils présentaient aussi une maladie plus avancée avec plus d’HTAP (23,6%). Les anneaux prothétiques mitraux implanté étaient plus grand et la hauteur de coaptation valvulaire plus importante dans la technique de néocordage (respectivement 33,4mm contre 32,3mm, p= 0,0002 ; 11,3mm vs 10,3mm, p= 0,01). Les gradients trans-mitraux moyen n’avaient pas de différence significative (2,7mmHg dans les néocordages contre 3,1mmHg, p= 0,57). Il y avait plus de décès (1,8% vs 0%, p= 0,04) dans le groupe résection à 1 an, ce qui disparaissait après analyse multivariée. Le taux de ré opération n’était pas significativement différent à 1 an (1,2% dans résection vs 0,9%, p= 1). Les patients symptomatiques en préopératoire étaient plus symptomatiques en post-opératoire (17,8% vs 10,7%, p= 0,04). Les patients présentant une HTAP préopératoire et une FA avaient un taux de décès plus élevé (respectivement 8,5% vs 0,9%, p= 0,0001 et 6,9% vs 2,1%, p= 0,04). Conclusion : la technique opératoire de réparation semble modifier la taille de l’annuloplastie et la hauteur de coaptation sans pour autant impliquer les gradients mitraux et la mortalité. L’opération précoce des insuffisances mitrales sévères semble présenter de meilleurs résultats à long terme sur la morbi-mortalité.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02990578
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, November 5, 2020 - 3:55:59 PM
Last modification on : Wednesday, November 25, 2020 - 3:26:31 AM
Long-term archiving on: : Saturday, February 6, 2021 - 7:44:34 PM

File

THESE BOUDOURESQUES 13-10-20 (...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02990578, version 1

Collections

Citation

Vincent Boudouresques. Influence de la technique de réparation mitrale sur la taille d'annuloplastie. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02990578⟩

Share

Metrics

Record views

26

Files downloads

23