Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Comprendre le processus d'auto-stigmatisation : étude qualitative auprès de patients souffrant de schizophrénie

Résumé : Contexte : la schizophrénie est une maladie largement stigmatisée et les interventions mises en œuvre pour lutter contre cette stigmatisation ont peu de résultats. En miroir de la stigmatisation publique, il peut se produire un processus d’intériorisation des stéréotypes par les patients eux-mêmes, appelé auto-stigmatisation. D’après la littérature, l’intériorisation des stéréotypes aurait un impact négatif sur la vie quotidienne, l’adhésion au traitement psychosocial, l’estime de soi ou l’insight. Les études existantes concernent principalement les conséquences de l’auto-stigmatisation mais il existe très peu d’études cherchant à comprendre en profondeur comment s’opère ce processus. Méthode : nous avons mené une étude qualitative d’approche phénoménologique analysant le vécu de 12 patients souffrant de schizophrénie en réalisant des entretiens individuels semi-directifs. Les patients étaient recrutés grâce au projet de recherche Vidéo-insight et les inclusions s’arrêtaient à saturation des données. Résultats : l’analyse sémio pragmatique des verbatim a permis de faire émerger 7 catégories de sens nous permettant de mieux comprendre le phénomène d’auto-stigmatisation. La plupart des patients ont conscience d’avoir une maladie psychiatrique et identifient leurs symptômes, mais ne s’approprient pas le diagnostic de schizophrénie, qui est souvent vécu très difficilement. Ils ont conscience des différents stéréotypes associés à leur maladie et pensent que c’est une maladie incomprise par la majorité des gens, ce qui peut entraîner une crainte d’être jugé ou rejeté. Les facteurs qui semblent permettre aux patients de ne pas intérioriser les stéréotypes sont : considérer la personne dans sa globalité et non pas la personne en tant que malade ; l’identification des causes possibles de la stigmatisation publique ; la capacité à trouver certains atouts à leur maladie. La plupart des patients semblent acquiescer à certains stéréotypes, notamment la violence et la dangerosité. Parmi eux, certains appliquent ces stéréotypes aux autres patients souffrant de schizophrénie sans se les appliquer à eux-mêmes ; d’autres, en revanche, intériorisent ces stéréotypes en se les auto-appliquant, ce qui peut aboutir à une auto-inhibition dans différents domaines et à des réticences à parler de leur maladie. Ces deux derniers aspects sont importants à prendre en compte car ils entretiennent le cercle vicieux de l’auto-stigmatisation. Conclusion : nos résultats permettent d’éclairer le phénomène complexe de l’auto-stigmatisation chez les patients souffrant de schizophrénie, en s’appuyant directement sur leur vécu. Ils nous encouragent à développer des interventions thérapeutiques et de nouveaux outils d’évaluation, soit spécifiques, soit intégrés à des programmes portant sur l’insight.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02996146
Contributor : Scd Université de Montpellier <>
Submitted on : Monday, November 9, 2020 - 2:59:05 PM
Last modification on : Thursday, April 1, 2021 - 3:34:18 AM

File

ThEx_Montpellier_UM_Med_2018_L...
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - ShareAlike 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02996146, version 1

Citation

Aurore Leger. Comprendre le processus d'auto-stigmatisation : étude qualitative auprès de patients souffrant de schizophrénie. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02996146⟩

Share

Metrics

Record views

14

Files downloads

13