Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Enjeux actuels de la participation de la psychiatrie au contrôle social à travers la question de l'évaluation des dangerosités

Résumé : Discipline médico-légale depuis ses origines, habituée à être sollicitée dans des domaines qui dépassent le cadre strict du soin, la psychiatrie voit, à l’occasion de la lutte contre l’insécurité et la récidive, s’élargir encore son champ présumé de compétences. La notion de dangerosité prend toute sa place dans ce contexte. Si l’évaluation de la dangerosité psychiatrique est au cœur du métier du psychiatre dans son activité de soins - c’est notamment sur ce fondement que des soins sans consentement peuvent être initiés, sous la responsabilité du psychiatre – ce dernier est de plus en plus largement amené à se prononcer sur la question de la dangerosité criminologique, en quelque sorte définie comme le risque de récidive, dans son activité d’expertise, le cadre législatif multipliant les situations de recours au psychiatre par le juge. L’évaluation de la dangerosité criminologique se révèle une entreprise périlleuse, surtout lorsqu'aucun des méthodes et outils d’évaluation, dont différentes générations se sont succédé, ne fait consensus et que tous demeurent critiqués pour leurs limites et notamment leur tendance à surévaluer la dangerosité. Mais la recherche par la société d’une « caution psychiatrique » garantissant l’absence de risque de récidive d’un délinquant semble parfois prendre le pas sur la préoccupation de la fiabilité de l’évaluation. Le recours élargi à la psychiatrie fait alors naître bien des interrogations quant au positionnement à adopter par le psychiatre. Les conséquences d’une participation à un tel procédé pourraient en effet être de taille pour la pratique clinique, d’une part lorsque le patient présentant un trouble mental est « par défaut » assimilé à une personne dangereuse, d’autre part lorsque le psychiatre est mis en cause s’il n’a pu remplir le rôle de contrôle social qu’on attendait de lui en garantissant un « risque zéro » pour la société. Si les soins apportés à la maladie mentale et la prévention de la maladie mentale lorsqu’elle est possible sont le cœur du métier de psychiatre, le psychiatre est plus que jamais amené à s’interroger sur les missions qui lui sont confiées : prévention de la délinquance, prédiction du risque de récidive délinquante, ou encore évaluation de la dangerosité criminologique ne débordent-elles pas le cadre de la psychiatrie ?
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03016469
Contributor : Faculté de Médecine Amu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Friday, November 20, 2020 - 1:51:53 PM
Last modification on : Tuesday, October 19, 2021 - 10:35:20 PM

File

The`se DES rectif typo Anne Cr...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03016469, version 1

Collections

Citation

Anne Cristofari. Enjeux actuels de la participation de la psychiatrie au contrôle social à travers la question de l'évaluation des dangerosités. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03016469⟩

Share

Metrics

Record views

41

Files downloads

155