Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Consommation de cocaïne et perforation naso-palatine

Résumé : Introduction : la consommation de cocaïne "sniffée", est en constante augmentation. L'objectif de ce travail était de réaliser une revue systématique de la littérature chez les patients souffrant d'une perforation naso-palatine liée à la consommation de cocaïne afin d'identifier les différentes possibilités thérapeutiques et de proposer une prise en charge standardisée. Matériel et méthodes : la base de données PubMed fut interrogée entre janvier et juillet 2020, sans limitation de date de publication. Les publications répondant aux critères de sélection ont été incluses par deux lecteurs indépendants selon la méthodologie PRISMA. Résultats : au total, 54 articles ont été analysés, représentant 83 patients. L'âge moyen était de 39,8 ans, sans aucune différence entre les sexes. La durée moyenne d'évolution de la perforation était de 15,9 mois, avec une surface moyenne de 5.1cm². De graves lésions septales ont été systématiquement constatées, concomitamment à des lésions du palais dur (91,5 %, n=76). 44% (n=37) des patients ont pu bénéficier d'une plaque obturatrice, et 38,5% (n=27) d'une prise en charge chirurgicale avec des lambeaux locaux, locorégionaux ou libres, sans différence significative entre eux. Discussion : nous n'avons pas pu définir précisément une relation dose-réponse avant d'objectiver l'apparence de la perforation palatine. Il semble possible d'identifier une relation entre la chronicité et la taille du défect. La perforation palatine étant secondaire à la perforation septale, les patients et les praticiens doivent être avertis de la présence de reflux oro-nasal et de rhinolalie, ce qui favoriserait une prise en charge médicale et addictologique plus précoce. L'absence d'atteinte nasale et/ou d'atteinte isolée du palais mou permet d’exclure le diagnostic de lésions destructives de la ligne médiane induites par la cocaïne (CIMDL). Le principal diagnostic différentiel des CIMDL est la polyangiite granulomatose (GPA). La prise en charge médicale combinée à un débridement mécanique et et à la mise en place d’une plaque palatine semble être le traitement de première intention. Un traitement curatif chirurgical ne peut être envisagé qu'après un sevrage complet d'au moins 12 mois, contrôlé par l'analyse des drogues, et un suivi psychiatrique et toxicologique régulier. Conclusion : les résultats de ce travail ont permis de proposer une prise en charge standardisée afin d'améliorer la qualité de vie et de réduire l'errance diagnostique.
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03016490
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Friday, November 20, 2020 - 2:04:28 PM
Last modification on : Saturday, November 28, 2020 - 3:20:47 AM

File

ThèseVRFinal (1).pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03016490, version 1

Collections

Citation

Vincent Romao. Consommation de cocaïne et perforation naso-palatine. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03016490⟩

Share

Metrics

Record views

50

Files downloads

5