Reconstruction par greffon fibulaire vascularisé après résection de tumeurosseuse maligne au fémur chez l'enfant : étude rétrospective de 15 cas - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Reconstruction par greffon fibulaire vascularisé après résection de tumeurosseuse maligne au fémur chez l'enfant : étude rétrospective de 15 cas

Abstract

Introduction : la reconstruction des pertes de substance osseuses lors de la résection tumorale intercalaire au fémur chez l’enfant reste un défi chirurgical majeur. Parmi les techniques disponibles, la greffe osseuse de fibula vascularisée est largement utilisée. Une allogreffe massive peut lui être associée et la mise en place d’une entretoise en ciment lors d’un premier temps pourrait améliorer les résultats. L’intérêt serait alors triple : assurer un haut potentiel de consolidation et une stabilité primaire tout en évitant les effets délétères de la chimiothérapie. Matériel et méthodes : il s’agit d’une étude rétrospective menée dans le service de Chirurgie Orthopédique et Pédiatrique du CHU de Marseille. Ont été inclus les patients mineurs ayant bénéficié, entre 2008 et 2018, d’une reconstruction par greffon fibulaire vascularisé après résection intercalaire de tumeur osseuse maligne au fémur. Les données per-opératoires, le type de greffe, la mise en place ou non d’une allogreffe et d’une entretoise en ciment ont été analysés. Pour chaque reconstruction, le délai de consolidation, le pourcentage d’hypertrophie du greffon, en fonction du type de greffe et de la séquence chirurgicale, ont été analysés. Enfin, la survenue de complications au site donneur et au site receveur a été rapportée. Résultats : au total, 15 patients ont été inclus avec un âge moyen au moment de la chirurgie de 11,8 ans. La durée de suivi moyenne était de 4,7 ans. La longueur moyenne de la pièce de résection tumorale était de 18,7cm tandis que la longueur moyenne du prélèvement fibulaire était de 18,1cm. La résection était proximale dans 4 cas, diaphysaire pure dans 3 cas, et distale dans 8 cas. Le greffon utilisé était simple dans 6 cas, manchonné dans 9 cas et une entretoise en ciment a été mise en place dans 6 cas. Deux patients sont décédés au recul. Une pseudarthrose est survenue chez 7 patients (47%). La consolidation a été acquise chez 9 patients sur 15 en 17,8 mois en moyenne. Une reprise chirurgicale a été nécessaire chez 12 patients et le nombre moyen de reprise par patient était de 1,5. La reprise de la marche avec appui total a eu lieu à 14,1 mois en moyenne. L’hypertrophie moyenne du greffon fibulaire en cas de mise en place d’entretoise était de 39% au dernier recul contre 9% en l’absence d’entretoise (NS). Conclusion : l’association d’un greffon fibulaire vascularisé manchonné dans une allogreffe et de la mise en place primaire d’une entretoise en ciment semble être une séquence thérapeutique prometteuse malgré la survenue de complications et la nécessité d’une ou plusieurs reprises chirurgicales. Ces résultats préliminaires doivent être confirmés par une étude de plus grande ampleur
Fichier principal
Vignette du fichier
THESE ROZENFELD 19-10-20.pdf (8.02 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03016504 , version 1 (20-11-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03016504 , version 1

Cite

Kenny Rozenfeld. Reconstruction par greffon fibulaire vascularisé après résection de tumeurosseuse maligne au fémur chez l'enfant : étude rétrospective de 15 cas. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03016504⟩
173 View
107 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More