Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Physiopathologie, imagerie et prise en charge des anomalies vasculaires utérines

Résumé : On a pendant longtemps considéré l’entité « MAV utérines » devant l’existence de lésions vasculaires utérines responsables de saignements vaginaux. Ceci a progressivement été remis en question ces dernières années, et s’avère être une définition inadéquate. Le mot « malformation » traduit un défaut de développement d’un organe ; nous avons vu que ces anomalies n’existaient qu’au cours de la vie génitale d’une femme, sans caractère malformatif. Le terme « artério-veineux » nécessite l’existence d’un shunt artério-veineux ; il est en réalité présent dans moins de la moitié des cas. De ce fait, le terme AVU (anomalie vasculaire utérine) nous apparaît plus approprié. De plus, de nouvelles connaissances notamment sur la mise en place de la vascularisation placentaire au cours de la grossesse, mettent en lumière le rôle primordial du myomètre sub-placentaire. Ce réseau vasculaire hypertrophique myométrial régresse progressivement au cours du post partum ; une altération de cette involution du lit placentaire, principalement liée à la présence d’un RPOC (retained product of conception), est à l’origine de l’existence des AVU. Sous le terme d’AVU est regroupé l’atteinte myométriale (ou EMV), constante, et l’atteinte endométriale, quasi constante, reflétant la présence d’un RPOC. En échographie il est observé un réseau hypervasculaire myométrial avec plus ou moins un contingent endométrial. Un complément d’exploration par IRM pelvienne permet de mieux préciser l’extension, et la présence d’un éventuel retour veineux précoce signant l’existence d’un shunt artério veineux. Une grande partie de ces AVU tendent à régresser spontanément, devant faire envisager une surveillance simple. Une mesure élevée des PSV intra lésionnels et la présence d’un retour veineux précoce sont à considérer comme « potentiellement dangereux » et doivent alerter le praticien. L’embolisation utérine est une technique de choix, efficace et sûre, notamment sans impact sur la fertilité. Il n’existe pas de réel consensus concernant le choix du matériel d’embolisation. La résection gynécologique des RPOC hypervasculaires est également préconisée par certaines équipes, cependant source de brides utérines, et non envisageable en cas d’EMV isolée.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03019868
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, November 23, 2020 - 3:44:36 PM
Last modification on : Wednesday, December 2, 2020 - 3:28:01 AM
Long-term archiving on: : Thursday, February 25, 2021 - 1:34:57 PM

File

THESE RIVIERE 27-10-20 copie_c...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03019868, version 1

Collections

Citation

Margaux Rivière. Physiopathologie, imagerie et prise en charge des anomalies vasculaires utérines. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03019868⟩

Share

Metrics

Record views

66

Files downloads

563