Douleur et syndrome douloureux régional complexe : quelle place pour l’hypnose en kinésithérapie ? - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Douleur et syndrome douloureux régional complexe : quelle place pour l’hypnose en kinésithérapie ?

Abstract

Evidence levels of analgesic physiotherapy techniques for CRPS are low. Hypnosis is a proven analgesic tool. The purpose of this work is to determine whether hypnosis can be beneficial to the physiotherapists in the management of pain for patients with CRPS. Method : implementation of a questionnaire for physiotherapists with the aim of analysing the analgesic techniques used, and to compare the results in physiotherapists using or not using hypnosis in addition. Results : 68 complete responses were analysed. The analgesic techniques most used by physiotherapists are not those with the best levels of evidence. No difference in pain reduction has been objectified according to whether or not hypnosis is used. Hypnosis appears to be beneficial in reducing treatment time, the frequency of stopping the session and the satisfaction of both the physiotherapist and the patient. Discussion : hypnosis appears to be beneficial as an analgesic tool for both the physiotherapist and the patient in the management of chronic pain. But the low response rate to the questionnaire does not allow to conclude with certainty on the added value of the tool. Wider studies are therefore recommended.
Les niveaux preuves des techniques antalgiques de kinésithérapie pour le SDRC sont faibles. L’hypnose est un outil dont l’action antalgique est démontrée. Ce travail vise à déterminer si l’hypnose peut être bénéfique pour le kinésithérapeute dans la prise en charge de la douleur des patients porteurs de SDRC. Méthode : mise en place d’un questionnaire à destination des kinésithérapeutes avec pour objectifs d’analyser les techniques antalgiques utilisées, et de comparer les résultats chez les kinésithérapeutes utilisant ou n’utilisant pas l’hypnose en plus. Résultats : 68 réponses complètes ont été analysées. Les techniques antalgiques les plus utilisées par les kinésithérapeutes ne sont pas celles disposant des meilleurs niveaux de preuve. Aucune différence de réduction de douleurs n’a été objectivée selon qu’il y a recours ou pas à l’hypnose. L’hypnose semble bénéfique sur la diminution du temps de prise en charge et de fréquence d’arrêt de séance, et la satisfaction du kinésithérapeute et du patient. Discussion : l’hypnose semble bénéfique comme outil antalgique pour le SDRC à la fois pour le kinésithérapeute et pour le patient et la gestion de sa douleur chronique. Mais le faible taux de réponses au questionnaire ne permet pas de conclure avec certitude sur une valeur ajoutée de l’outil. De plus larges études sont donc préconisées.
Fichier principal
Vignette du fichier
Memoire-masso-kinesitherapie-2020-RANNOU_Charlotte.pdf (2.19 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03021710 , version 1 (24-11-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03021710 , version 1

Cite

Charlotte Rannou. Douleur et syndrome douloureux régional complexe : quelle place pour l’hypnose en kinésithérapie ?. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03021710⟩
123 View
656 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More