La stimulation magnétique transcrânienne répétée dans le traitement de la dépression résistante : marqueurs de réponses cliniques et neurobiologiques - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

La stimulation magnétique transcrânienne répétée dans le traitement de la dépression résistante : marqueurs de réponses cliniques et neurobiologiques

Abstract

Resistant depression constitutes a major economic burden and leads to a deterioration in the quality of life of patients, sometimes with severe complications. Faced with the failures of various drug treatments, repeated transcranial magnetic stimulation (rTMS) is a non-invasive, well-tolerated technique that has developed considerably over the past twenty years. rTMS has already proven its worth in the treatment of unipolar depression and was validated for this indication by the FDA in 2008. However, to date there is no consensus as to its place in the decision-making algorithm of the resistant depression. Its effectiveness varies depending on the modalities of stimulation and the clinical presentation of the depressive episode.
Thus, the search for clinical and neurobiological response markers would make it possible to offer rTMS to patient profiles likely to respond favorably, thus offering the best chances of remission. We propose an open-label study with the main objective of comparing changes in cerebral metabolism between the group of responder patients and the group of patients who do not respond to an acute course of low-frequency rTMS. We included 20 patients presenting a resistant depressive episode who had benefited from a low-frequency rTMS protocol in the right dorsolateral prefrontal cortex (CPFdl) for 6 weeks in acute treatment, associated with the realization of a PET-CT at the 18FDG before and after the stimulation treatment.
The response rate is 44.4% and the remission rate is 11.1% at the end of acute treatment. We did not observe a difference in cerebral metabolism between responders and non-responders for the 10 regions selected before the treatment of acute rTMS. On the other hand, at the end of treatment, we can note a significant difference in the metabolism of the right cingulate and paracacingular gyrus (GCPD), whose metabolism appears higher in responders than in non-responders, and a result close to significance for the left cingulate and left paracingular (GCPG). We did not observe any significant difference before and after the treatment of acute rTMS between responders and non-responders for the other selected brain regions. In addition, we were able to observe certain results in agreement with the literature, namely:
- A more pronounced bilateral frontal and temporal lobe hypometabolism on the left in patients with resistant depression.
- A reduction in the metabolism of the left mesial temporal lobe after the treatment of acute rTMS.
We also found that hypermetabolism of the left mesial temporal lobe was correlated with symptoms of anxiety, and that these symptoms diminished after treatment of acute rTMS. There is a great variability of responses to this technique and a low number of specific response markers. Several factors can explain these results: the characteristics of the current episode (degree of resistance, severity, duration of the episode), patient characteristics (age, comorbidities), the placebo effect, regions of interest imprecise. A larger sample would also have increased the statistical power of the study. These elements should be taken into account in subsequent studies to determine the profile of patients most able to respond to treatment.
La dépression résistante constitue un poids économique important et entraine une dégradation de la qualité de vie des patients avec parfois des complications sévères. Face aux échecs des différents traitements médicamenteux, la stimulation magnétique transcrânienne répétée (SMTr) est une technique non invasive, bien tolérée, qui s’est considérablement développée ces vingt dernières années. La SMTr a déjà fait ses preuves dans le traitement de la dépression unipolaire et a été validée dans cette indication par la FDA en 2008. Cependant, à ce jour il n’existe pas de consensus quant à sa place dans l’algorithme décisionnel de la dépression résistante. Son efficacité est variable selon les modalités de stimulation et la présentation clinique de l’épisode dépressif.
Ainsi, la recherche de marqueurs de réponse cliniques et neurobiologiques permettrait de proposer la SMTr à des profils de patients susceptibles de répondre favorablement, offrant ainsi les meilleures chances de rémission. Nous proposons une étude en ouvert ayant pour objectif principal de comparer les modifications du métabolisme cérébral entre le groupe de patients répondeurs et le groupe de patients non répondeurs à une cure aigüe de SMTr basse fréquence. Nous avons inclus 20 patients présentant un épisode dépressif résistant ayant bénéficié d’un protocole de SMTr à basse fréquence au niveau du cortex préfrontal dorso latéral (CPFdl) droit pendant 6 semaines en cure aigüe, associé à la réalisation d’un TEP-TDM au 18FDG avant et après la cure de stimulation.
Le taux de réponse est de 44 ,4 % et le taux de rémission de 11,1% en fin de cure aigüe. Nous n’avons pas observé de différence de métabolisme cérébral entre les répondeurs et les non répondeurs concernant les 10 régions sélectionnées avant la cure de SMTr aigüe. En revanche, en fin de traitement nous pouvons noter une différence significative du métabolisme du gyrus cingulaire et paracingulaire droit (GCPD), dont le métabolisme apparait plus élevé chez les répondeurs que chez les non répondeurs, et un résultat proche de la significativité concernant le gyrus cingulaire et paracingulaire gauche (GCPG). Nous n’avons pas observé de différence significative avant et après la cure de SMTr aigüe entre les répondeurs et les non répondeurs concernant les autres régions cérébrales sélectionnées. Par ailleurs nous avons pu observer certains résultats en accord avec la littérature, à savoir :
- Un hypométabolisme des lobes frontaux et temporaux bilatéraux plus prononcé à gauche chez les patients présentant une dépression résistante.
- Une réduction du métabolisme du lobe temporal mésial gauche après la cure de SMTr aigüe.
Nous avons également mis en évidence qu’un hypermétabolisme du lobe temporal mésial gauche était corrélé à des symptômes d’anxiété, et que ces symptômes diminuaient après la cure de SMTr aigüe. On constate une grande variabilité de réponses à cette technique et un faible nombre de marqueurs spécifiques de réponse. Plusieurs facteurs peuvent expliquer ces résultats : les caractéristiques de l’épisode en cours (degré de résistance, de sévérité, durée de l’épisode), les caractéristiques des patients (âge, comorbidités), l’effet placebo, des régions d’intérêt peu précises. Un échantillon plus important aurait également permis d’augmenter la puissance statistique de l’étude. Ces éléments seraient à prendre en compte dans des études ultérieures pour déterminer le profil de patients le plus à même de répondre au traitement.
Fichier principal
Vignette du fichier
2020NICEM101.pdf (2.67 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03021945 , version 1 (24-11-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03021945 , version 1

Cite

Elsa Murry. La stimulation magnétique transcrânienne répétée dans le traitement de la dépression résistante : marqueurs de réponses cliniques et neurobiologiques. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03021945⟩
88 View
566 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More