Traitement du psoriasis par biothérapies et apremilast en cas d'antécédent d'hémopathie maligne en rémission ou évolutive‎ : une série de cas - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Traitement du psoriasis par biothérapies et apremilast en cas d'antécédent d'hémopathie maligne en rémission ou évolutive‎ : une série de cas

Abstract

Introduction : le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP) des biothérapies (BT) (anti-TNFα, anti-IL17, anti-IL12/IL23, anti-IL23) et de l’apremilast (APR) ne contient aucune contre-indication concernant les patients atteints de psoriasis aux antécédents d'affections hématologiques malignes. Cependant, les différentes recommandations incitent à la prudence en l’absence de données de la littérature. Il n’existe aucun retour d’expérience sur le risque de récidive ou d’évolution des hémopathies malignes quelles qu’elles soient, chez les patients traités par BT ou APR pour un psoriasis. Méthode : nous avons réalisé une étude nationale observationnelle rétrospective multicentrique via le Groupe d’Étude RESOPSO afin de décrire la tolérance et l’efficacité des BT et de l’APR à partir d’une série de patients atteints de psoriasis et avec un antécédent d’hémopathie maligne en rémission ou évolutive. Résultats : nous avons inclus 21 patients aux antécédents d’hémopathies malignes (5 leucémies lymphoïdes chroniques, 5 lymphomes non hodgkiniens, 4 lymphomes de hodgkin, 2 thrombocytémies essentielles, 3 maladies de Vaquez, 1 myélome multiple et 1 maladie de Waldenström), d’âge moyen 63 ans, traités pour un psoriasis par BT ou APR depuis plus de 2 ans en moyenne pour la majorité d’entre eux, avec une durée médiane de traitement de 16 mois sous BT et de 6 mois sous APR. Les patients présentaient soit des hémopathies malignes évolutives (12/21), soit en rémission depuis moins de 5 ans (6/21) ou depuis plus de 5 ans (3/21). Nous avons observé pour la majorité des patients l’absence de récidive, ou de progression de l’hémopathie maligne au cours des traitements par BT/APR. Seulement 3 patients ont présenté une progression de leur hémopathie, dont 2 sous BT et 1 sous APR, sans retentissement sur la poursuite de ces traitements. Conclusion : les résultats de notre série de cas montrent une bonne tolérance et efficacité des traitements par BT ou APR utilisés pour un psoriasis en cas d’antécédents d’hémopathies malignes. Malgré ces données rassurantes, il semble nécessaire de poursuivre les investigations sur de plus grandes cohortes.

Domains

Dermatology
Fichier principal
Vignette du fichier
Cohen-Sors Raphaëlla. Thèses d'exercice de médecine. Dermatologie et vénéréologie (UPJV).pdf (1.91 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03024202 , version 1 (25-11-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03024202 , version 1

Cite

Raphaëlla Cohen-Sors. Traitement du psoriasis par biothérapies et apremilast en cas d'antécédent d'hémopathie maligne en rémission ou évolutive‎ : une série de cas. Dermatologie. 2020. ⟨dumas-03024202⟩
108 View
713 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More