Profil évolutif du PTT acquis sans auto-anticorps. Expérience du centre de référence français des microangiopathies thrombotiques - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Profil évolutif du PTT acquis sans auto-anticorps. Expérience du centre de référence français des microangiopathies thrombotiques

Abstract

Le purpura thrombotique thrombocytopénique (PTT) est défini par l’association d’une anémie hémolytique mécanique, d’une thrombopénie profonde, de souffrances viscérales et d’un déficit fonctionnel sévère en ADAMTS13. L’étude des mécanismes de ce déficit a pu identifier deux causes principales : d’une part une forme congénitale due à l'existence de mutations du gène ADAMTS13 et d’autre part une forme acquise auto-immune secondaire à la présence d'auto-anticorps dirigés contre la protéase. Cependant, chez 20 à 25%, les IgG anti-ADAMTS13 ne sont pas détectables, suggérant un autre mécanisme. L'objectif principal de ce travail est donc de caractériser les patients PTT acquis à IgG négatif à la phase inaugurale et d’en analyser le profil évolutif.
Matériel et Méthodes :
Tous les patients atteints d’un PTT acquis sans auto-anticorps à la phase inaugurale inclus de manière prospective entre janvier 2000 et décembre 2019 dans le registre français des microangiopathies thrombotiques ont été analysés dans l’étude. L’ensemble des données démographiques, cliniques et biologiques, les traitements reçus, l’évolution du PTT, et la réponse au Rituximab ont été analysés.
Résultats :
273 patients PTT acquis sans auto-anticorps à la phase inaugurale ont été inclus, représentant 20% des PTT du registre national avec près de 70% de formes non idiopathiques. L’atteinte cérébrale reste une atteinte d’organe fréquente (52%), mais l’atteinte rénale touche 70% des patients et prédomine dans les formes non-idiopathiques de la maladie (81% vs 46%, p<0.001). L’issue était fatale dans 30% des cas lors de la première poussée, particulièrement pour les formes non-idiopathiques de la maladie (37% vs 14%, p<0.001). Le recours au rituximab à la phase inaugurale est rapporté chez 15% des patients, en majorité dans les formes idiopathiques (27% vs 9%, p<0.001) et chez 30% des patients lors des rechutes de la maladie ou en traitement préemptive chez les patients qui gardait une activité ADAMTS13 indétectable au cours du suivi. Au cours de l’évolution, 40 patients (21%) positivent leurs anticorps, en majorité dans les formes idiopathiques (43.6% vs 7.5%, p<0.001). Le taux de rechute était de l’ordre de 12%. Le risque de rechute était plus important dans les formes idiopathiques de la maladie (p=0.012) et dans les formes associées aux maladies auto-immunes (p=0.048). A l’inverse, les formes cliniques associées aux cancers, médicaments, greffes, infections et infections VIH ne rechutaient pas. Un traitement par rituximab était efficace dans 84% des patients PTT sans auto-anticorps, que ce soit en traitement de la phase inaugurale ou en traitement préemptif lors du suivi.
Conclusion :
L’analyse du registre national du CNR-MAT nous a permis d’établir des caractéristiques démographiques, épidémiologiques et clinico-biologiques des formes acquises de PTT sans auto-anticorps, nous permettant de décrire deux entités : les PTT idiopathiques ou associées à des maladies auto-immunes à considérer comme une forme auto-immune et les PTT non idiopathiques ayant des caractéristiques distinctes, suggérant d’autres mécanismes aboutissant à un déficit sévère en ADAMTS 13 transitoire. Un groupe contrôle appariée permettrait de mieux préciser nos premiers résultats, et une approche mécanistique pour comprendre la physiopathologie de ces formes serait utile.
Fichier principal
Vignette du fichier
Simon_Delphine.pdf (1.15 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03031419 , version 1 (30-11-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03031419 , version 1

Cite

Delphine Simon. Profil évolutif du PTT acquis sans auto-anticorps. Expérience du centre de référence français des microangiopathies thrombotiques. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03031419⟩
126 View
21 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More