Mise en place d'un Organisme unique de gestion collective (OUGC) sur le bassin versant du Gapeau (département du Var) - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Establishment of a water management system (unique collective management body - OUGC) for agricultural water sampling, on the Gapeau drainage basin (Var Department)

Mise en place d'un Organisme unique de gestion collective (OUGC) sur le bassin versant du Gapeau (département du Var)

Abstract

In order to manage the global water supply - abundant but unevenly distributed and challenged by climate change - France has for the past fifteen years undertaken a quantitative water management reform. This is achieved by the LEMA 2006 law, which determines the withdrawable volumes and the implementation of a collective water management system, irrigated through the intermediary of Unique Collective Management Organizations(OUGC). Indeed, as a major global water consumer, the agricultural sector face strong societal and environmental pressures. The agricultural bodies must adapt and implement new water saving solutions when they do not necessarily have the technical or financial abilities to do so. The OUGCs take these constraints into account and suggest to save water not at withdrawals but by working on the practices and needs, and by reasoning at the watershed level. The objective being to optimise consumption by implementing a distribution plan with a predefined global water volume reserved foragriculture. As a direct player in contact with the rural sector, the Var Chamber of Agriculture has taken the role of a OUGC and will manage withdrawals made from surface water bodies and from the alluvial aquifer of the Gapeau basin. This territory, classified as Water Distribution Zone (ZRE) suffers from regular quantitative deficits, especially during drought flow. The Gapeau valley is characterized by its fertility but also by its exposure to other anthropogenic pressures (demographic growth, urbanization, tourism, industries, etc.) which create an imbalances between the needs of users, those of the environment and the water resources available. Let us understand the interests and the steps in setting up an OUGC: The political, regulatory, territorial and environmental context of the study area makes it possible to assess the progress of the implemented measures to achieve the objective, being a "good quantitative level of water bodies”. A significant delay in terms of regulatory compliance and knowledge withdrawals has been identified, thus slowing the implementation of coherent and sustainable management of the resource. Requiring a strong involvement on the part of the collectors, the OUGC is a good way to improve knowledge about the samples taken on the territory it covers. The launching phase consisted in communicating the approach to agricultural samplers in Gapeau. Two distinct approaches were used in order to reach the targeted public, since the territory has the particularity of being exposed to two categories of withdrawals. "Individual withdrawals", carried out directly in rivers or in aquifers, in particular via boreholes or pumping and "collective withdrawals" carried out via gravity irrigation canals typical of Mediterranean regions. During the first semester, the conduct of a census survey and hotlines for individuals, as well as the organization of information and consultation workshops for groups, were therefore associated with regular consultation of technical partners and the financial resources of the project. From the result analysis, it appears that the samplers have a good understanding of the environmental and societal issues justifying such an approach. The interest in these channels were greatly emphasised by giving them the possibility in federating to better control their consumption and remed the management problems they currently face. However, the regulatory deadlines, the mistrust of some samplers and the non-exhaustive nature of the results after several months of work prove that such a tool requires several years of implementation before being operational. During this time, awareness-raising, consultation and support for agricultural samplers, both in bringing them into compliance and in improving their practices, will be essential conditions for the success of the project.
Dans le but de gérer la disponibilité d’une ressource en eau globalement abondante mais inégalement répartie et tributaire du changement climatique, la France entreprend une réforme de sa gestion quantitative depuis une quinzaine d’années. Elle se concrétise par la loi LEMA 2006 avec la détermination de volumes prélevables et la mise en place d'une gestion collective de l’eau destinée à l’irrigation par l’intermédiaire des Organismes Uniques de Gestion Collective (OUGC). En effet, en tant que consommateur majeur de l’eau dans le monde, la profession agricole est confrontée à une pression sociétale et environnementale forte. Elle doit s’y adapter en réalisant des économies d’eau alors qu’elle ne dispose pas toujours de la marge de manoeuvre technique et économique pour le faire. Les OUGC intègrent ces contraintes et proposent de préserver l’eau à partir d’un recensement des pratiques afin de prendre en compte les besoins des préleveurs tout en raisonnant à l’échelle des bassins versants. L’objectif étant d’optimiser les consommations par la mise en oeuvre d’un plan de répartition d’un volume d’eau global prédéfini et réservé à l’agriculture. En tant qu’acteur en lien direct avec le monde rural, la Chambre d’Agriculture du Var a choisi d’endosser le rôle d’OUGC et devra gérer les prélèvements effectués sur les masses d’eau superficielles et dans la nappe alluviale du bassin versant du Gapeau. Ce territoire classé Zone de Répartition des Eaux (ZRE) subit des déficits quantitatifs réguliers, notamment en période d’étiage. La vallée du Gapeau se caractérise par sa fertilité mais aussi par son exposition à d’autres pressions anthropiques (croissance démographique, urbanisation, tourisme, industries…) qui entraine des déséquilibres entre les besoins des usagers, ceux du milieu naturel et les ressources hydriques réellement disponibles. Comprenons les intérêts et les étapes de mise en place d’un OUGC : Le contexte politique, réglementaire, territorial et environnemental de la zone d’étude permet d’apprécier l’avancée des mesures mises en place pour atteindre l’objectif de « bon état quantitatif des masses d’eau » fixé. Un important retard en matière de conformité réglementaire et de connaissance des prélèvements est identifié, freinant ainsi la mise en place d’une gestion cohérente et durable de la ressource. Requérant une implication forte de la part des préleveurs, l’OUGC est un bon moyen d’améliorer les connaissances en matière de prélèvements effectués sur le territoire qu’il couvre. La phase de lancement consistait donc à communiquer sur la démarche auprès des préleveurs agricoles du Gapeau. Afin de toucher l’ensemble du public concerné, deux approches distinctes ont été utilisées car le territoire a la particularité d’être exposé à deux catégories de prélèvements. Les « prélèvements individuels », réalisés directement en rivière ou en nappe, notamment via des forages ou des pompages et les « prélèvements collectifs » effectués via des canaux d’irrigation gravitaire typiques des régions Méditerranéenne. Durant le 1er semestre, la conduite d’une enquête de recensement et de permanences pour les individuels, ainsi que l’organisation d’ateliers d’information et de concertation pour les collectifs, ont donc été associés à une concertation régulière des partenaires techniques et financiers du projet. De l’analyse des résultats, il ressort de la part des préleveurs une bonne compréhension des enjeux environnementaux et sociétaux justifiant une telle démarche. L’intérêt qu’elle présente pour les canaux, en leur donnant la possibilité de se fédérer pour mieux maîtriser leurs consommations et remédier aux problèmes de gestion qu’ils rencontrent aujourd’hui, a été grandement souligné. Néanmoins les délais réglementaires, la méfiance de certains préleveurs et la non exhaustivité des résultats au bout de plusieurs mois de travail prouvent qu’un tel outil nécessite plusieurs années de mise en place avant d’être opérationnel. Durant ce laps de temps, la sensibilisation, la concertation et l’accompagnement des préleveurs agricoles, à la fois dans leur mise en conformité et dans l’amélioration de leurs pratiques seront des conditions indispensables à la réussite du projet.
Fichier principal
Vignette du fichier
2020_ESE_Guichard.pdf (5.89 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03032968 , version 1 (15-03-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03032968 , version 1

Cite

Juliette Guichard. Mise en place d'un Organisme unique de gestion collective (OUGC) sur le bassin versant du Gapeau (département du Var). Agronomie. 2020. ⟨dumas-03032968⟩
80 View
173 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More