La marque Supreme, ou l’industrie contre-culturelle - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2018

La marque Supreme, ou l’industrie contre-culturelle

Abstract

Ce mémoire s’est d’abord attaché à comprendre comment une marque pouvait exploiter la contre-culture pour définir son identité. Cette idée, qui semble à première vue paradoxale, est en fait un ressort marchand sur lequel Supreme fonde toute sa stratégie de marque.
En s’inspirant de multiples mythes, elle se revendique régénératrice de contre-culture. Née de la rue, la marque en fait son terrain d’expression, se l’approprie dans sa façon de communiquer. Supreme collabore avec les icônes d’un esprit rebelle qu’elle souhaite incarner et ainsi diffuse un mythe marchand qui s’inscrit en rupture.
Ce mythe circule et génère de nouvelles formes de cultures, ou de cultes, si l’on regarde la manière dont les consommateurs se l’approprient. C’est son « cool factor », sa nonchalance, son inaccessibilité qui font de la marque un objet de désir, auprès d’une foule toujours plus nombreuse d’adeptes.
Mais la marque fait face sa propre contradiction : elle est devenue « cool » car elle était en marge, mais comment le rester lorsque la majorité souhaite faire partie de cette marge ? C’est au travers de paradoxes, de contradictions que nous allons tenter de déceler comment la marque Supreme utilise l’idée contre-culturelle pour rester en opposition et ainsi lutter contre son institutionnalisation culturelle et économique.
Fichier principal
Vignette du fichier
RONCERAY Quentin_DUMAS.pdf (14.24 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03034188 , version 1 (01-12-2020)

Licence

Copyright

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03034188 , version 1

Cite

Quentin Ronceray. La marque Supreme, ou l’industrie contre-culturelle. Sciences de l'information et de la communication. 2018. ⟨dumas-03034188⟩
164 View
77 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More