Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Anxiolytiques et hypnotiques : modifications des règles de prescription, usage détourné des médicaments, enquêtes réalisées auprès de 554 pharmacies

Résumé : Le taux de pharmaciens ayant participé, a été relativement important ce qui a permis de tirer un certain nombre de conclusions significatives. En ce qui concerne l'arrêté sur les anxiolytiques et hypnotiques, dont l'entrée en application remonte au 1er mars 1992, les règles de prescription semblent maintenant acquises et appliquées par la majorité des prescripteurs alors que ça n'était pas le cas au départ. En revanche, la consommation n'en est pas diminuée, puisque les médecins contournent ces règles par une augmentation de la posologie ou par la réalisation d'ordonnances postdatées. Quand ça n'est pas le cas, c'est le patient lui-même qui multiplie les consultations de manière à obtenir une nouvelle ordonnance. C'est donc le coût supporté par la sécurité sociale qui augmente tandis que la consommation d'anxiolytiques et d'hypnotiques ne diminue pas. Il semble aussi que les demandes de "dépannage" auprès des pharmaciens aient augmenté, surtout en ce qui concerne les hypnotiques dont la durée de prescription est limitée à 4 semaines. A propos de la durée totale de prise de ces molécules et du nombre total de médicaments prescrits chez un patient, les pharmaciens n'ont en général pas pu se prononcer, principalement par manque de recul par rapport à la mise en application. Les reports vers d'autres molécules concernent essentiellement des spécialités beaucoup moins nuisibles à la santé, comme la phytothérapie, le DONORMYL® ou l'homéopathie. Pour mieux cerner ces reports, il aurait fallu mener une enquête auprès des médecins dont la position, face aux substituants n'est pas la même que pour le pharmacien et son conseil. En conclusion, ces mesures restrictives prises au niveau administratif, n'ont pas tenu compte de la réalité sur le terrain. Comment peut-on réduire la consommation chez une personne âgée qui se traite depuis plusieurs années ou dizaine d'années ? Il ne s'agit pas non plus de condamner et de rejeter ces substances, mais plus efficace serait sans doute d'informer les patients et les médecins des risques de la prise à long terme de ces molécules. Cela suffirait-il à réduire la consommation excessive et banalisée de ces molécules qui semblent apporter un si grand bénéfice par rapport aux effets adverses ? Faut-il en arriver à dérembourser ces substances, apparaissant comme des médicaments de confort, pour qu'il y ait une prise de conscience des patients ? Faut-il imposer aux médecins l'incorporation de fenêtres thérapeutiques au cours du traitement afin de mieux réévaluer le diagnostic ? Quoi qu'il en soit, l'arrêté du 7 octobre 1991 réglementant la prescription des hypnotiques et anxiolytiques est loin d'atteindre ses objectifs. Les demandes de médicaments en vue d'utilisation abusive et détournée concernent toutes les pharmacies et plus particulièrement les pharmacies urbaines. La classe médicamenteuse la plus recherchée est représentée par les dérivés codéinés antitussifs mais aussi analgésiques. Leur obtention est bien sûr facilitée par leur vente libre. La réglementation limitant la délivrance à une seule boîte n'est que peu efficace en ville, la personne pouvant faire plusieurs pharmacies sans que l'on puisse contrôler quoi que ce soit. Les morphinomimétiques, les benzodiazépines, les dérivés amphétaminiques et le RESPILENE® arrivent ensuite, le plus souvent obtenus à l'aide d'ordonnances falsifiées ou authentiques, en vue d'une polytoxicomanie ou pour soulager un syndrome de manque. Chaque jour, les pharmaciens sont exposés à des demandes illicites de médicaments et parfois avec menaces. Comment peut-on limiter les abus sans porter préjudices aux prescriptions dans un cadre thérapeutique ? Quelle substance va être la plus recherchée des toxicomanes, maintenant que le TEMGESIC® est délivré sur bons extraits de carnet à souche ? Depuis quelques mois, il a été constaté une demande accrue de seringues de 20 ou 50 ml aux dépens des insulines maintenant délaissées. Pour injecter quelle(s) substance(s), quel mélange, et avec quels risques ?
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03052387
Contributor : Jean-Hugues Morneau Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, December 10, 2020 - 3:48:15 PM
Last modification on : Tuesday, May 11, 2021 - 11:36:24 AM
Long-term archiving on: : Thursday, March 11, 2021 - 8:00:52 PM

File

1993GRE17027_hopfinger_delphin...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03052387, version 1

Citation

Delphine Hopfinger. Anxiolytiques et hypnotiques : modifications des règles de prescription, usage détourné des médicaments, enquêtes réalisées auprès de 554 pharmacies. Sciences pharmaceutiques. 1993. ⟨dumas-03052387⟩

Share

Metrics

Record views

80

Files downloads

19