ACTISEP : étude pilote de corrélation entre deux méthodes de mesure de l’activité physique (IPAQ et accélérométrie) dans la sclérose en plaques avant et après un programme de réentraînement et de gestion de la fatigue - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

ACTISEP : étude pilote de corrélation entre deux méthodes de mesure de l’activité physique (IPAQ et accélérométrie) dans la sclérose en plaques avant et après un programme de réentraînement et de gestion de la fatigue

Abstract

La SEP est une pathologie auto-immune inflammatoire chronique affectant le système nerveux central, à l’origine d’un handicap variable. L’activité physique étant particulièrement diminuée chez ces patients, il s’agit d’un marqueur intéressant dans l’évolution de la maladie. L’objectif de cette étude était de comparer deux méthodes d’évaluation de l’activité physique avant et après un programme de réentraînement à l’effort et de gestion de la fatigue SEP-Energie. Matériel et méthodes : étude monocentrique comparant l’activité physique mesurée par le questionnaire IPAQ et par l’accéléromètre actigraph GT3X avant/après le programme SEP-Energie. Nous avons évalué l’impact de l’activité physique sur la fatigue et la gestion de celle-ci à l’aide de questionnaires (FSS, MSFSE, EMIF SEP, HAD). Enfin, une analyse détaillée des paramètres d’activité physique a été faite ainsi que leur évolution après le programme (activité physique moyenne en semaine/en week-end, périodes d’inactivité de 30 minutes, périodes d’activité physique légère de 10 minutes, périodes d’activité modérée à vigoureuse, moyenne des 5 heures les moins actives et des 5 heures les plus actives, durée de sommeil). Résultats : les données récupérées entre octobre 2018 et janvier 2020 ont pu être analysées chez 14 patients d’âge moyen de 51 ans (± 11,9) et d’EDSS moyen de 3,86 (± 1,63). Il n’y avait aucune corrélation significative entre l’IPAQ et le GT3X en termes d’activité physique totale sur 7 jours (p = 0,5 avant et 0,34 après). Les patients étaient moins inactifs sur des périodes de 30 minutes (moyenne 314 min/J avant et 232 min/J après, p = 0,035) après le programme. Il y avait peu de changement pour le reste des paramètres. Des corrélations significatives ont été retrouvées entre les scores de fatigue et certains paramètres d’actimétrie, pouvant expliquer un impact positif de l’activité physique sur le niveau de fatigue. Par contre, ce n’était pas le cas pour le score IPAQ. Conclusion : on ne retrouve pas de modèle de corrélation clair entre le score IPAQ et les accéléromètres pour la mesure de l’activité physique totale que ce soit avant ou après le programme SEP-Energie. Certains paramètres d’accélérométrie sont suffisamment sensibles pour détecter un changement après le programme, et doivent être choisis en fonction du niveau de handicap, de la forme de SEP, de l’âge.
Embargoed file
Embargoed file
6 7 18
Year Month Jours
Avant la publication
Wednesday, December 11, 2030
Embargoed file
Wednesday, December 11, 2030
Please log in to request access to the document

Dates and versions

dumas-03058315 , version 1 (11-12-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03058315 , version 1

Cite

Carole Balva. ACTISEP : étude pilote de corrélation entre deux méthodes de mesure de l’activité physique (IPAQ et accélérométrie) dans la sclérose en plaques avant et après un programme de réentraînement et de gestion de la fatigue. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03058315⟩
26 View
0 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More