L’infection par le VIH dans l’ouest guyanais : étude comparative du statut immunitaire au diagnostic entre les patients dépistés au centre hospitalier André Rosemon à Cayenne (CHAR) et ceux dépistés au centre hospitalier de l’ouest guyanais à Saint Laurent du Maroni (CHOG) entre 2007 et 2017 - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

HIV in French west Guiana : comparative study of the immune status at diagnosis between patients detected in Cayenne Hospital center (CHAR) and those detected in west Guiana Hospital Center (CHOG) between 2007 and 2017

L’infection par le VIH dans l’ouest guyanais : étude comparative du statut immunitaire au diagnostic entre les patients dépistés au centre hospitalier André Rosemon à Cayenne (CHAR) et ceux dépistés au centre hospitalier de l’ouest guyanais à Saint Laurent du Maroni (CHOG) entre 2007 et 2017

Abstract

Introduction. French Guiana is the territory which is the most deeply affected by HIV in France (1.3% of the population in 2009). The distribution of new cases across the territory is scattered. For the last ten years, the virus has spread around the West coast and diagnosis are made at late stages. This study aims at comparing the immune status at diagnosis of HIV infected patients between the CHAR hospital center and the CHOG hospital between 2007 and 2017. The secondary goals are to understand predictive factors of delayed diagnosis for both centers. Methods. We lead an observational retrospective study, based on multicentered cohorts. The primary study endpoint is the immune status, defined by the WHO CDC Classification, and the number of CD4(/mm3) at diagnosis. The diagnosis was defined as delayed if the patients were detected with a stage C or with less than 200/mm3 CD4. Results. The patients of the CHOG’s group were diagnosed later than those from the CHAR’s one (p<0,05 OR 2.06 IC [1.52, 2.80]). The predictive factors of late diagnosis in CHOG’s group were : being a male (OR 3,27 IC [2,01-5,31]), aged 30 to 49 (OR 2,54 IC [1,58-4,08]), and coinfected with HBV and/or HCV (OR 3,40 IC [1,07-10,80]). Pregnancy was a protective factor (OR 0,14 IC [0,06-0,33]). Being born in Suriname was a predictive factor of late diagnosis in the CHAR’s group (OR 2,88 IC[1,11-7,46]). Discussion. Patients from the West of Guiana were diagnosed with a more advanced disease than in Cayenne. Women are detected early thanks to a systematic screening during their pregnancy. Suriname’s permeable border formed by the Maroni river is one of the explanations. Before 2015 in Suriname, the antiretroviral therapy was only indicated for patients with fewer than 200 CD4 leading to an active spreading. Conclusion. French west Guiana must reinforce its systematic screening approach and information campaigns by targeting young men born in Suriname as well as women detected during their first pregnancy.
Introduction. En Guyane, l’incidence du VIH est de 896/millions d’habitants soit plus de 4 fois celle de l’île de France. La répartition des nouveaux cas sur le territoire est disparate en particulier dans l’Ouest Guyanais qui fait face à une épidémie croissante. L’objectif de cette étude était de comparer le statut immunitaire des patients séropositifs pour le VIH au diagnostic, entre les sujets dépistés au CHAR1 et ceux dépistés au CHOG2 de 2007 à 2017. Les objectifs secondaires étaient d’identifier les facteurs de risques de dépistage tardif dans les deux centres. Matériels et méthodes. Nous avons mené une étude observationnelle rétrospective, à partir d’une cohorte multicentrique. Le critère de jugement principal était un critère composite associant le stade CDC et le taux de lymphocytes T CD4. Il était considéré tardif si les CD4 étaient inférieurs à 200/mm3 et/ou si le stade CDC était C. Résultats. Les patients du bras CHOG étaient diagnostiqués plus tardivement que ceux du CHAR (p<0,05 OR 2.06 IC [1.52, 2.80]). Les facteurs de risques de dépistage tardif au CHOG étaient le sexe masculin (OR 3,27 IC [2,01-5,31]), un âge entre 30 et 49 ans (OR 2,54 IC [1,58-4,08]), une co infection au VHB et/ou VHC (OR 3,40 IC [1,07-10,80]). La grossesse était un facteur protecteur (OR 0,14 IC [0,06-0,33]). Dans le groupe CHAR, être né au Surinam était un facteur de risque de dépistage tardif (OR 2,88 IC[1,11-7,46]). Discussion. L’infection par le VIH est diagnostiquée à un stade plus tardif au CHOG qu’au CHAR. Les femmes sont dépistées lors de leur première grossesse à un stade plus précoce. Au Suriname avant 2015, la thérapie anti rétrovirale n’était recommandée systématiquement qu’en dessous de 200 CD4/mm3. La frontière poreuse séparant l’Ouest Guyanais du Suriname, habitée de part et d’autre par un même peuple apparaît comme un lieu de transmission active. Conclusion. Une politique de dépistage systématique et précoce, ciblant les hommes nés au Suriname, au même titre que les femmes au début de leur grossesse doit être instaurée pour lutter pour faire face à une épidémie encore active.
Fichier principal
Vignette du fichier
2020GRAL5204_louaisil_enora(1)(D)_version_diffusion.pdf (5.57 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03085280 , version 1 (28-12-2020)

Identifiers

Cite

Enora Louaisil. L’infection par le VIH dans l’ouest guyanais : étude comparative du statut immunitaire au diagnostic entre les patients dépistés au centre hospitalier André Rosemon à Cayenne (CHAR) et ceux dépistés au centre hospitalier de l’ouest guyanais à Saint Laurent du Maroni (CHOG) entre 2007 et 2017. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03085280⟩
132 View
281 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More