Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Évaluation de l’antibiothérapie faite aux Urgences pour les patients admis en Réanimation pour choc septique

Résumé : Introduction : le choc septique concerne 3 personnes pour 1000 habitants et 2,3% des patients hospitalisés. La mortalité globale des patients en choc septique est de l’ordre de 25 %, ce qui en fait un problème majeur de santé publique dans le monde. Plus de la moitié des patients en choc septique sont initialement admis au SAU. Cependant, la pertinence de l’antibiothérapie prescrite au SAU chez les patients secondairement admis en réanimation pour choc septique a peu été évaluée. Matériel et méthodes : nous avons conduit une étude rétrospective sur les patients admis au SAU puis transférés en service de Médecine Intensive Réanimation (MIR) au CHU Nord à Marseille entre le 1er janvier 2017 et le 1er février 2020. L’objectif principal était d’évaluer l’antibiothérapie probabiliste prescrite au SAU chez les patients admis en réanimation pour choc septique en considérant l’adhésion aux recommandations des sociétés savantes selon le point de départ de l’infection, les antécédents du patient et l’activité du spectre sur le ou les germes identifiés pour les infections documentées Les objectifs secondaires étaient de décrire les pratiques d’antibiothérapie au SAU, les facteurs associés à une antibiothérapie inadaptée ou absente et l’impact éventuel sur le pronostic en réanimation. Résultats : l’antibiothérapie prescrite au SAU était absente ou inadaptée au contexte clinique pour 69 (58%) des patients. Parmi ces 69 patients, 42 (35%) ne recevaient pas d’antibiothérapie au SAU et 27 (22%) recevaient une antibiothérapie inadaptée. Parmi les 80 patients pour lesquels une documentation était obtenue, 36 (45%) avaient reçu au SAU une antibiothérapie adaptée au germe documenté. Les patients recevant une antibiothérapie inadaptée ou absente présentaient plus fréquemment un trouble de la conscience (score de Glasgow moyen à 14 vs. 15 ; p =0,008). La CRP était significativement plus basse dans le groupe antibiothérapie inadaptée ou absente en comparaison au groupe antibiothérapie adaptée (114 vs. 202 mg/L ; p <0,001). Les patients ayant pour origine du sepsis un point d’appel pulmonaire ou urinaire étaient plus à risque d’avoir une antibiothérapie inadaptée ou absente avec respectivement (47 vs 22 ; p =0,009) et (12 vs 4 ; p =0,004). En analyse multivariée, la discordance de diagnostic entre le SAU et la réanimation (OR:4,949 ; IC:1,293-18,946 ; p =0,02) et le recours à la ventilation mécanique VM(OR:2,756 ; IC:1,021-7,442; p =0,045) étaient associés de façon indépendante à une antibiothérapie absente ou inadaptée. Les patients du groupe antibiothérapie inadaptée ou absente nécessitaient plus fréquemment le recours à VM, avaient une durée de ventilation (8 vs 3 jours ; p=0,02), et de séjour en réanimation prolongée (12 vs 7 jours ; p=0,01). La mortalité n’était cependant pas différente. Conclusion : ce travail met en lumière la nécessité d’améliorer la performance diagnostique du sepsis et le choix de l’antibiothérapie prescrite au SAU. Ces données préliminaires méritent d’être confirmées dans une étude multicentrique décrivant plus en détail les pratiques d’antibiothérapie et le management global du choc septique au SAU.
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03102305
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Thursday, January 7, 2021 - 2:55:54 PM
Last modification on : Tuesday, January 12, 2021 - 3:21:02 AM

File

these_clo_final.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03102305, version 1

Collections

Citation

Chloé Lagrue. Évaluation de l’antibiothérapie faite aux Urgences pour les patients admis en Réanimation pour choc septique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03102305⟩

Share

Metrics

Record views

10