Influence des circonstances de décès sur l’anxiété et la dépression des parents endeuillés en période néonatale - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Influence des circonstances de décès sur l’anxiété et la dépression des parents endeuillés en période néonatale

Abstract

Peu de données sont disponibles en France sur le vécu des parents dont l’enfant est décédé en période néonatale. L'objectif principal de notre étude était de déterminer si la circonstance de décès, ie, décès malgré une prise en charge maximale ou décès après une décision de limitation ou arrêt des thérapeutiques actives (LATA), a une influence sur l’anxiété et la dépression parentale à 5 mois et 15 mois du décès. Les objectifs secondaires étaient de décrire les modalités de fin de vie des nouveau-nés et d'analyser les autres facteurs de vulnérabilité parentale. Matériel et méthodes : cette étude prospective comparative non randomisée a été menée dans le département de Pédiatrie Néonatale et Réanimations du CHRU de Montpellier. Les parents de nouveau-nés décédés entre le 1er janvier 2011 et le 31 décembre 2015 étaient inclus lors d'une consultation médico-psychologique proposée systématiquement 3 mois après le décès. L'anxiété et la dépression étaient évaluées par l'auto-questionnaire HADS à 5 et 15 mois du décès et définies par un sous score respectif ≥ 8. Résultats : 109 entretiens ont été réalisés à 3 mois, correspondant à 61% des 179 nouveau-nés décédés pendant la période (115 (64%) après une décision de LATA et 64 (36%) malgré une prise en charge maximale). 82 familles à 5 mois (46%) et 71 à 15 mois (40%) ont transmis les questionnaires HADS. Les taux d’anxiété étaient plus élevés chez les mères que chez les pères à 5 mois (56 (69%) vs 35 (49%) p = 0.006) et à 15 mois (38 (54%) vs 19 (33%) p = 0.004). Les taux de dépression des mères et des pères étaient comparables à 5 mois (31 (38%) vs 28 (39%) p = 1) ainsi qu’à 15 mois (13 (18.5%) vs 14 (24.5%) p = 0.385). Il n’existait pas d’association entre la circonstance de décès et les scores d’anxiété parentale. Le taux de dépression paternelle à 5 mois était plus élevé dans le groupe « décès malgré prise en charge maximale » (29% vs 59%, p = 0.015). En analyse multivariée, par modèle de régression logistique, seul l’accouchement compliqué était associé au risque d’anxiété maternelle à 5 mois (OR 3.46 [IC95% : 1.22 – 9.76] p = 0.018). Deux facteurs étaient associés au risque de dépression maternelle à 15 mois : la primiparité (OR 7.37 [IC95% : 1.27 – 42.88] p = 0.026) et un score HADS à risque de dépression chez le père à 5 mois (OR 20.27 [IC95% : 3.16 – 130.09] p = 0.001). Conclusion : cette étude souligne l’impact émotionnel, chez les parents, de la perte d’un nouveau-né. Elle suggère également qu’il existe une association entre la circonstance du décès et le risque de dépression parentale. Ces résultats plaident en faveur d’un accompagnement psychologique précoce, prolongé et individualisé, des parents endeuillés en période néonatale.
Fichier principal
Vignette du fichier
ThEx_Montpellier_UM_Med_2020_DESAGE_Chloé.pdf (1.45 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03103582 , version 1 (08-01-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03103582 , version 1

Cite

Chloé Desage. Influence des circonstances de décès sur l’anxiété et la dépression des parents endeuillés en période néonatale. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03103582⟩
43 View
178 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More