Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

État des lieux des pratiques des médecins généralistes délivrant des TSO et médecins exerçant en CSAPA, CAARUD et USMP sur l’hépatite C dans les Alpes-Maritimes

Résumé : Introduction : Le virus de l’hépatite C, identifié en 1989 par le Britannique Michael Hougton a connu une évolution thérapeutique significative au cours de ces dernières années, avec la découverte de nouveaux antiviraux à action directe (AAD) en 2014, leur prescription universelle dès 2016 et la prescription par tous les spécialistes en 2019. L’objectif majeur des autorités de santé est l’élimination de l’hépatite C dans les années avenir grâce aux AAD. Le but de notre étude était de faire l’état des lieux dans les Alpes Maritimes, des pratiques des médecins exerçant dans les CSAPA, CAARUD, USMP et en Cabinet de ville pour des médecins prescripteurs de TSO, concernant la prise en charge de l’hépatite C.
Méthodes : Une étude observationnelle a été réalisée par un questionnaire en ligne de vingt-neuf questions fermées et à choix multiples. Ce questionnaire a été envoyé à 124 médecins des Alpes Maritimes exerçant dans les CSAPA, CAARUD et USMP, ainsi qu’à un groupe de médecins généralistes en Cabinet de ville, prescripteurs de TSO. La récolte des données était faite de façon anonyme via un outil internet. L’échantillon de médecins interrogés était constitué de médecins au contact des usagers de drogues.
Résultats : Trente et un médecins ont répondu au questionnaire, majoritairement dans les tranches d’âges des 30 à 40 ans et des plus de 60 ans. Les facteurs de risques de transmission de l’hépatite C rencontrés le plus fréquemment dans cette étude étaient le partage de matériel entre usagers de drogues et la voie sexuelle, ces pratiques pouvant en particulier affecter la population homosexuelle. De façon majoritaire, la demande de sérologie était couplée à celles du VHB et du VIH. L’utilisation de moyens de diagnostic de type TROD ou buvard était surtout observée au sein des CSAPA et CAARUD. Les complications rencontrées sont différenciées en fonction du lieu d’exercice des médecins, avec une rencontre importante de CHC. La prescription des nouveaux AAD était essentiellement pratiquée par les médecins exerçant dans les structures de soins avec des taux de guérison observés dans plus de 75% des cas.
Conclusion : Les nouveaux AAD devraient permettre l’élimination de l’hépatite C mais il est important de dépister les patients ne connaissant par leur statut virologique. Pour cela il est nécessaire de poursuivre les efforts de sensibilisation des patients à risques par le développement de diverses initiatives de terrain. Il apparait également important de déployer des formations adaptées pour les nouveaux prescripteurs et d’améliorer la dotation des structures de soins, voire des cabinets de ville, en équipements de tests de dépistage rapide. A titre de prévention, un suivi épidémiologique pourrait également être mis en place par les médecins au contact des patients à risques de développer une hépatite C du fait de leur usage des drogues.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03116459
Contributor : Bibliothèque Universitaire de Médecine Nice <>
Submitted on : Wednesday, January 20, 2021 - 12:36:09 PM
Last modification on : Monday, August 9, 2021 - 3:11:32 AM

File

2020NICEM159.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03116459, version 1

Citation

Guenièvre Psaïla. État des lieux des pratiques des médecins généralistes délivrant des TSO et médecins exerçant en CSAPA, CAARUD et USMP sur l’hépatite C dans les Alpes-Maritimes. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03116459⟩

Share

Metrics

Record views

9

Files downloads

4