Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Harcèlement scolaire et modifications corporelles : étude pilote auprès d’adolescents en pédopsychiatrie

Résumé : Introduction : Le harcèlement scolaire (traditionnel ou digital), défini dès les années 70 par Dan Olweus, est devenu un véritable enjeu de santé publique. Il concerne entre 10 et 50% des élèves, soit environ un élève sur cinq. Ses nombreuses conséquences sont majeures sur la santé physique et psychique des victimes. Les effets du harcèlement peuvent également persister à l’âge adulte. Les conduites de modifications corporelles (tatouages et piercings) sont associées à davantage de comportements à risque et à une souffrance psychique d’autant plus qu’elles surviennent précocement dans la vie d’un individu. Nous avons voulu explorer la pratique des modifications corporelles chez les adolescents pris en charge en pédopsychiatrie comme un marqueur visible précoce de souffrance psychique chez les victimes de harcèlement scolaire. Matériels et méthodes : Étude observationnelle, prospective, non interventionnelle, de soins courants, multicentrique. Les questionnaires ont été remplis par l’intervenant en charge de chaque consultation, ils ont permis de recueillir des informations sociodémographiques, la pratique de modifications corporelles (tatouages et piercings) et l’implication dans une situation de harcèlement scolaire et/ou de cyber - harcèlement grâce au « Questionnaire Agresseur / Victime révisé » d’Olweus (rBVQ). Résultats : 59 adolescents ont été inclus, 31 filles et 28 garçons, l’âge moyen était de 16 ans ± 1,6 [12-20], la majorité étaient au lycée, vivait seul dans une famille monoparentale et étaient issu d’une fratrie de moins de cinq enfants. 38 sujets étaient impliqués comme victime dans une situation de harcèlement. Il n’y avait pas de différence statistique entre les eux groupes sur l’âge, le genre, l’IMC et le niveau scolaire. Le nombre de sujets tatoués était plus important dans le groupe sans harcèlement (p=0,02). Le nombre de sujets percés ne différait pas entre les deux groupes (p=0,42). Il n’y avait pas de différence statistiquement significative entre les deux groupes en ce qui concerne la prévalence des NSSI (p=0,47), des IS (p=0,19), des TS (p=0,10) et de la consommation de toxique (p=0,27). La première TS survenait de façon plus précoce chez les sujets victimes de harcèlement (12,8 ± 2,5 versus 15,7 ± 1,7). Conclusion : Cette étude préliminaire n’a pas permis de mettre en évidence d’association entre pratique des modifications corporelles et harcèlement scolaire et digital. Malgré un échantillon très faible, nous pensons qu’il n’est pas possible d’utiliser le repérage des modifications corporelles comme un marqueur visible précoce de souffrance psychique.
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03118119
Contributor : Fort de France Bhu Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Thursday, January 21, 2021 - 8:51:22 PM
Last modification on : Monday, August 9, 2021 - 3:25:17 AM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2031-01-21

Please log in to resquest access to the document

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03118119, version 1

Collections

Citation

Julia Jouve. Harcèlement scolaire et modifications corporelles : étude pilote auprès d’adolescents en pédopsychiatrie. Psychiatrie et santé mentale. 2019. ⟨dumas-03118119⟩

Share

Metrics

Record views

31