Droit à la ville genré, atouts et limites d'une conquête féminine par le sport urbain : analyse d'ateliers féministes de parkour et de skate mis en place entre août et novembre 2019 par le collectif "Ciudad feminista" à Pedro Aguirre Cerda, commune du péricentre sud de Santiago du Chili - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Gendered Right to the City, strenghts and limits of a feminin conquest through urban sport : Analysis of feminist parkour and skate workshops set up between August and November 2019 by the collective "Ciudad feminista" in Pedro Aguirre Cerda, town of the southern pericenter of Santiago de Chile.

Droit à la ville genré, atouts et limites d'une conquête féminine par le sport urbain : analyse d'ateliers féministes de parkour et de skate mis en place entre août et novembre 2019 par le collectif "Ciudad feminista" à Pedro Aguirre Cerda, commune du péricentre sud de Santiago du Chili

Abstract

Located speeches, landed, anchored in bodies and places, emerging feminist movements inspired by anti-racist and decolonial, pluriversalists struggles, reveal a particular and new interest in embodied positioning and spatiality. Inhabit and the bodies in hinge. This thesis deals with the demand of the right to the city by academics and feminist activists who make the bodies of women the pivot of the spatial exclusion of Western cities. In the first part, we will look at the expression of Henri Lefebvre and the appropriation that feminist university studies make of it. The city of Henri Lefebvre is the urban landscape undone of its aesthetic weight and landed in a politico-social context. The right to the city is therefore understood as an instrument of participatory territorial governance which makes possible to reduce socio-spatial exclusions and to appropriate the city as a living space. But then, the issues of violence against women and their systematic invisibilization of public space raises the importance of being interested in gender entry. The feminist collective "Ciudad feminista" ("feminist city") sets up between August and November 2019 in a town in the southern pericenter of Santiago de Chile, urban sports workshops to conquer the right to the city of girls and adolescents. From a case study based on interviews with the organizers of the workshops, we will notice that if they do not recompose the city in its forms, sport can be considered a tool of feminist urbanism because it transforms perceptions of the city and recomposes its symbolic attributes. It is a way for girls, women and adolescent to own the city and to feel empowered to transform it. The whole city changes but from the eyes of those who watch.
Des discours situés, atterris, ancrés dans des corps et des lieux, les mouvements féministes émergents inspirés des luttes antiracistes et décoloniales, pluri-versalistes révèlent un intérêt particulier et nouveau au positionnement incorporé et à la spatialité. L’habiter et les corps en charnière. Ce mémoire s’intéresse à la revendication du droit à la ville par les universitaires et activistes féministes qui mettent les corps des femmes en pivot de l’exclusion spatiale des villes occidentales. Nous allons dans une première partie nous pencher sur l’expression de Henri Lefebvre et l’appropriation qu’en font les études universitaires féministes. La ville de Henri Lefebvre, c’est le paysage urbain défait de son poids esthétisant et atterri dans un contexte politico-social. Le droit à la ville est alors compris comme un instrument de gouvernance territoriale participatif qui permet de réduire les exclusions socio-spatiales et de s’approprier la ville comme espace de vie. Mais alors, les questions des violences faites aux femmes et leur invisibilisation systématique de l’espace public soulèvent l’importance de s’intéresser à une entrée par le genre. Le collectif féministe « Ciudad feminista » (« ville féministe ») met en place entre août et novembre 2019 dans une commune du péri-centre sud de Santiago du Chili, des ateliers de sport urbains pour conquérir le droit à la ville des filles et adolescentes. Depuis une étude de cas basée sur des entretiens avec les organisatrices des ateliers, nous remarquerons que s’ils ne recomposent pas la ville dans ses formes, le sport peut être considéré un outil d’urbanisme féministe car il transforme les perceptions de la ville et recompose ses attributions symboliques. Il est un moyen pour les filles, les femmes et les adolescentes de s’approprier la ville et de se sentir capables de la transformer. C’est toute la ville qui change mais de depuis les yeux de cell.eux qui regardent.
Fichier principal
Vignette du fichier
2020_Damico_Clémentine_PEPS.pdf (7.48 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03118416 , version 1 (22-01-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03118416 , version 1

Cite

Clémentine Damico. Droit à la ville genré, atouts et limites d'une conquête féminine par le sport urbain : analyse d'ateliers féministes de parkour et de skate mis en place entre août et novembre 2019 par le collectif "Ciudad feminista" à Pedro Aguirre Cerda, commune du péricentre sud de Santiago du Chili. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03118416⟩
193 View
72 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More