Activité physique et précarité : étude qualitative auprès des médecins généralistes exerçant dans les quartiers prioritaires de la ville de Montpellier - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Activité physique et précarité : étude qualitative auprès des médecins généralistes exerçant dans les quartiers prioritaires de la ville de Montpellier

Abstract

L’inactivité physique et la sédentarité sont des facteurs de morbi-mortalité. Il existe un gradient socioéconomique à la pratique de l’activité physique (AP). Le médecin généraliste (MG) a un rôle primordial en matière de promotion de l’activité physique et dans la lutte contre les inégalités sociales de santé (ISS). Objectif : comprendre les pratiques des MG des QPV de Montpellier concernant la promotion de l’activité physique chez les patients précaires. Matériel et méthode : deux outils méthodologiques. Quantitatif observationnel en utilisant la base de données du projet FETOMP, constituée par observation directe de consultations de médecine générale dans les QPV de Montpellier. Qualitatif avec analyse thématique par entretien semi-dirigé de MG exerçant dans les QPV de Montpellier. Résultats : les consultations de 11 médecins ont été observées. 355 patients ont été étudiés, dont 174 patients précaires et 181 patients non-précaires. L’AP a été abordée avec 23 patients dans le groupe précaire contre 48 patients dans le groupe non-précaire (OR = 0,42 ; [0,24 –0,73], p = 0,0017).10 médecins ont été interrogés. Absence de consensus sur la définition de la précarité. L’AP est abordée uniquement si elle est en rapport avec le motif de consultation. Les médecins conseillent principalement la marche. Les principaux freins à la promotion de l’AP sont des difficultés liées aux patients (difficultés financières, manque de motivation, autres préoccupations, limitations physiques), ou liées au déroulement de la consultation (manque de temps, nombre important de motifs de consultation). Les freins à la prescription d’APA sont l’absence de financement par la Sécurité Sociale, le manque de réseau d’APA, le manque formation des médecins. Conclusion : notre étude montre l’existence d’un gradient social en matière de promotion de l’AP. L’APA n’est jamais prescrite chez le patient précaire. Les difficultés spécifiques inhérentes aux populations précaires nécessitent un investissement de la part des pouvoirs publics pour favoriser l’accès à l’AP et à l’APA chez ces patients.
Fichier principal
Vignette du fichier
JASMIN Kevin_thèse 2eme envoi.pdf (7.07 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03124244 , version 1 (28-01-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03124244 , version 1

Cite

Kévin Jasmin. Activité physique et précarité : étude qualitative auprès des médecins généralistes exerçant dans les quartiers prioritaires de la ville de Montpellier. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03124244⟩
262 View
201 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More