Maladie de Parkinson et augmentation du risque fracturaire : résultats d'une méta-analyse, physiopathologie et prise en charge - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Maladie de Parkinson et augmentation du risque fracturaire : résultats d'une méta-analyse, physiopathologie et prise en charge

Abstract

Parkinson's disease (PD) and osteoporosis (OP) are both age-related diseases recognized as a Public Health issue because of their impact on quality of life, autonomy and mortality. PD patients have an increased risk of falls and a reduced bone mineral density related to multifactorial factors. Previous meta-analyses have reported an increased risk of fractures in PD, especially peripheral fractures.
The aim of this study was to update the association between PD and OP fracture risk at all sites, including vertebral fracture and to discuss the pathophysiology of this association and the bone health management that could be proposed. Methods.a search was performed for eligible studies on PubMed and Embase databases up to February 2, 2019. Cohort studies controlled or not, were selected. For each study, the authors extracted the risk of fracture for each anatomic site, or estimated it based on sample size and number of patients with fractures. Single risk ratios were then pooled to estimate a global risk ratio of fracture within a meta-analysis procedure using the inverse variance approach. Heterogeneity analysis was also performed with Cochran's Q-test and I2 value. RevMan software was used and p-value below 5% was defined as significant. Twelve retrospective and prospective cohort studies, that totally involved 1,246,431 participants, were included for analysis. On the whole, PD patients had an increased risk of fracture at all sites (overall RR 2.17, 95% CI 1.81-2.59. Vertebral fracture risk was also significantly increased (RR 1.84, 95% CI (1.46-2.59), I2= 53%). The highest risk of fracture in PD population was hip fracture (overall RR 2.55, 95% CI (2.20-2.97); I2 =68%). A sensitivity analysis, excluding a study which exclusively enrolled fallers, confirmed the increase of hip fracture risk in PD patients with a negligible level of heterogeneity (RR 2.69, 95% CI (2.45-2.97); I2=0%).
This study confirms the significant increased risk of fracture in PD, especially hip fractures but also vertebral fractures, recognized as a severe fracture associated with increased morbidity and mortality and predicting future fractures. Currently, assessment of fracture risk is not included in guidelines for PD patients care, although there are efficient treatments available. Based on these findings, fracture risk assessment should be recommended in PD.
La maladie de Parkinson (MP) et l’ostéoporose (OP) sont deux pathologies liées à l’âge, reconnues comme véritables problèmes de santé publique, en raison de leur impact sur la qualité de vie, l’autonomie et la mortalité. Dans la MP, il existe un risque accru de chutes et de nombreux facteurs pouvant générer une baisse de la densité minérale osseuse. De précédentes méta-analyses ont rapporté un risque augmenté de fractures dans la MP, en particulier des fractures périphériques.
L’objectif de notre étude a été d’actualiser l’association entre MP et risque de fractures OP tous sites confondus, y compris les fractures vertébrales, permettant ainsi de discuter la physiopathologie de cette association et sa prise en charge dans la pratique clinique des neurologues. Une analyse systématique de la littérature réalisée sur PubMed et Embase jusqu’au 2 février 2019 a permis de sélectionner des études de cohortes, randomisées ou non. Pour chaque étude, les auteurs ont extrait le risque de fractures de chaque site anatomique, ou l’ont estimé à partir de la taille de l’échantillon et du nombre de patients fracturés. Les risques relatifs individuels ont été regroupés pour estimer un risque relatif global de fracture, en utilisant la méthode de l'inverse de la variance. Une analyse d'hétérogénéité a été réalisée avec le test Q de Cochrane et la valeur I2. Les analyses ont été réalisées à l’aide du logiciel RevMan et un p<5% était défini comme significatif.
Douze études de cohortes rétrospectives et prospectives, incluant au total 1 246 431 participants, ont été inclues pour l’analyse. Les patients parkinsoniens avaient un risque augmenté de fracture tous sites confondus (Risque relatif (RR) 2,17, 95% Intervalle de confiance (IC) 1,81-2,59), mais également au niveau vertébrale (RR 1,84, 95% IC (1,46-2,59), I2= 53%). Le sur-risque fracturaire le plus important concernait les fractures de hanche (RR 2,55, 95% IC (2,20-2,97), I2 =68%). Une analyse de sensibilité a été réalisée pour les fractures de hanche, excluant une étude qui n’avait inclus que des patients ayant chuté. Elle confirme l’augmentation du risque et diminue l’hétérogénéité (RR 2,69, 95% IC (2,45-2,97), I2=0%).
Ce travail confirme un risque significativement augmenté de fractures dans la MP, particulièrement de fractures de hanche, mais également de fractures vertébrales, reconnues comme des fractures sévères, associées à une augmentation de la morbi-mortalité et prédictives de futures fractures. A ce jour, il n'existe pas de recommandation sur la prise en charge de l'OP dans la MP, bien qu’il existe des traitements efficaces. Ainsi, l’évaluation du risque fracturaire devrait être recommandé dans la MP.
Fichier principal
Vignette du fichier
2020NICEM112.pdf (2.78 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03125394 , version 1 (29-01-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03125394 , version 1

Cite

Marion Louvois. Maladie de Parkinson et augmentation du risque fracturaire : résultats d'une méta-analyse, physiopathologie et prise en charge. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03125394⟩
58 View
571 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More