La prescripion écrite d’activité physique par le médecin généraliste : une nouvelle dynamique ? État des lieux en 2020 dans le département des Landes - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Written prescription of physical activity by general practitioners: a new dynamic ?

La prescripion écrite d’activité physique par le médecin généraliste : une nouvelle dynamique ? État des lieux en 2020 dans le département des Landes

Abstract

Background: the health benefits of physical activity (PA) as prevention or treatment of many chronic diseases are proven by robust studies. The lack of regular exercise in the French population and the frequency of sedentary lifestyle has increased considerably these last years. PA prescription should be used by general practitioners (GPs). Despite the new health law promulgated in 2016 and the development of PA programs, this prescription is rarely used in primary care. Aims: determinate, in the Landes french department, the rate of GPs who used a written PA prescription to at least one of their adult patients during the last six months, and the factors associated with this prescription. Method: descriptive study of practices, realized by phoning on a random sample of french GPs in Landes. This study was followed by a descriptive analysis of the patients who received a written PA prescription. We compared the characteristics of prescribing and non-prescribing physicians in bivariate analysis. Results: 307 GPs were called, 168 were included (60.9 %). 54 GPs (32.1 %) prescribed PA during the last six months. Exercising in a city with a PA program (p < 0.0001) and medical formation (p = 0.007) were associated with PA prescription. 73.1 % of patients who received written prescription were affected by chronic disease covered at 100 % by social security, 42.3 % had diabetes. Only one was considered as precarious person (beneficiary of CMU or ACS). 84.6 % of patients were referred to a structure offering PA, including 53.8 % to a sports association. Discussion: this study shows, compared to existing study, a higher proportion of GPs prescribing PA. It also suggest the positive impact of PA programs, as well as the role of GPs training in this prescription. The apparent exclusion of precarious patients deserves further study.
Contexte : les bénéfices sur la santé d’une activité physique (AP) régulière en prévention et en traitement de nombreuses pathologies chroniques sont prouvés par de nombreuses études. La pratique d’une AP régulière est insuffisante dans la population française et la sédentarité a nettement augmenté ces dernières années. L’AP devrait donc faire l’objet de prescription médicale fréquente. Elle reste rare en médecine générale malgré une incitation à prescrire liée à la loi santé de 2016 et l’émergence de nombreux dispositifs locaux d’AP adaptée. Objectifs : déterminer la proportion des médecins généralistes (MG) landais ayant réalisé une prescription écrite d’AP à au moins un de leurs patients adultes durant les six derniers mois et les facteurs associés à cette prescription. Méthode : «étude de pratique, descriptive, par questionnaire téléphonique, auprès d’un échantillon aléatoire de MG landais, doublée d’une étude descriptive des caractéristiques des derniers patients ayant bénéficié d’une prescription écrite d’AP. Comparaison en analyse bivariée des caractéristiques des médecins prescripteurs et non prescripteurs. Résultats : 307 MG ont été appelés, 168 ont répondu au questionnaire (60,9 %). 54 MG (32,1 %) ont réalisé une prescription durant les six derniers mois. Seul le fait d’être installé dans un territoire bénéficiant d’un dispositif local d’AP adaptée (p < 0,0001) et le fait d’être formé à la prescription d’AP (p = 0,007) étaient associés à la prescription. Ces associations persistaient en analyse multivariable. Les patients ayant bénéficié de ces prescriptions étaient à 73,1 % bénéficiaires d’une ALD, 42,3 % d’entre eux présentaient un diabète. Un seul était bénéficiaire de la CMU et aucun de l’ACS. 84,6 % des patients étaient orientés vers une structure proposant une AP adaptée, dont 53,8 % vers une association sportive. Discussion : cette étude montre, par rapport aux travaux existants, une proportion plus importante de MG prescripteurs d’AP sur ordonnance. Elle met aussi en évidence la pertinence des dispositifs locaux d’AP adaptée, ainsi que la place essentielle de la formation des MG à cette prescription. L’apparente exclusion des patients précaires mériterait des études complémentaires.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_generale_2020_Stanik.pdf (2.38 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03126285 , version 1 (30-01-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03126285 , version 1

Cite

Ewa Stanik. La prescripion écrite d’activité physique par le médecin généraliste : une nouvelle dynamique ? État des lieux en 2020 dans le département des Landes. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03126285⟩
139 View
394 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More