Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Évaluation de la réponse au traitement anti-épileptique d’urgence dans les crises convulsives néonatales

Résumé : Introduction : la survenue de crises convulsives chez le nouveau-né est plus fréquente que chez l’enfant et l’adolescent. Leur incidence est en moyenne de 3,5/1000 naissances vivantes, de 1,5/1000 chez le nouveau-né à terme (1,2). Les études contrôlées randomisées, qui comparent les différents médicaments antiépileptiques administrés en période néonatale, sont peu nombreuses. Actuellement les molécules antiépileptiques d’urgence utilisées de manière courante, sont les médicaments pour lesquels les praticiens ont le plus d’expérience. Objectifs : l’objectif principal de l’étude était d’évaluer la réponse au traitement anti-épileptique d’urgence, selon le protocole utilisé dans le service chez le nouveau-né > 34 semaines d’aménorrhée (SA) en fonction de chaque étiologie (encéphalopathie anoxo-ischémique (EAI), accident vasculaire cérébral (AVC), hématome/hémorragie cérébrale, pathologie métabolique, syndromes épileptiques néonataux, malformation cérébrale corticale, infection intracérébrale bactérienne et virale). Méthodes : nous avons mené une étude observationnelle rétrospective monocentrique au sein du service de Réanimation et Pédiatrie Néonatales et du service de Neuropédiatrie du Centre Hospitalo-universitaire Robert-Debré (Paris, France) de janvier 2015 à décembre 2018. L’efficacité du traitement antiépileptique d’urgence (phénobarbital, puis phénytoïne puis clonazépam) était définie par l’arrêt des manifestations électro-cliniques dans un délai de 2 heures et l’absence de récidive de crise sous traitement bien mené pendant une durée de 24 heures. Les variables dichotomiques étaient comparées à l’aide d’un test exact de Fisher. Le seuil de significativité était p = 0,05. Résultats : 78 patients ont été inclus. 32 % d’EAI (n = 25), 23 % d’AVC (n = 18), 9 % de pathologie métabolique (n = 7) et d’hématome/hémorragie intracérébral (n = 7), 6,4 % de malformation cérébrale (n = 5) et de syndromes épileptiques néonataux (n = 5), 2,6 % d’infection intracérébrale bactérienne (n = 2) et 11,5 % d’absence de diagnostic étiologique (n = 9) ont été retrouvés. La réponse au traitement d’urgence était : 88,2 % des AVC (n = 15), 75 % des EAI (n = 18), 75 % des syndromes épileptiques néonataux (n = 3), 83,3 % des hématomes/hémorragies cérébrales (n = 5), 28,6 % des maladies métaboliques (n = 2). Aucun des patients ayant une malformation cérébrale n’a répondu au traitement antiépileptique d’urgence. Il n’y a pas de différence significative dans la réponse globale au traitement antiépileptique d’urgence entre les groupes « AVC » et « EAI » (p = 0,43). De même pour la réponse à la première ligne de traitement par phénobarbital (p = 0,78), à la deuxième ligne par phénytoïne (p = 0,21) et à la troisième par clonazépam (p =1). Conclusion : cette étude suggère que notre protocole local d’urgence de traitement des crises convulsives néonatales est efficace dans certaines étiologies (AVC, EAI, syndromes épileptiques néonataux et hématome/hémorragie cérébrale). En revanche, il semble inefficace en cas de malformation cérébrale ou insuffisant en cas de pathologie métabolique.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03129853
Contributor : Université Paris Descartes - Scd Connect in order to contact the contributor
Submitted on : Wednesday, February 3, 2021 - 10:18:52 AM
Last modification on : Wednesday, June 9, 2021 - 3:22:29 AM

File

ThExe_CHAFA_Linda_DUMAS.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03129853, version 1
`

Citation

Linda Chafa. Évaluation de la réponse au traitement anti-épileptique d’urgence dans les crises convulsives néonatales. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-03129853⟩

Share

Metrics

Record views

12

Files downloads

106