Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Trouble schizophrénique débutant et consommation de cannabis : analyse des modalités de prise en charge

Résumé : Contexte : la schizophrénie est une pathologie psychiatrique grave, complexe et ubiquitaire. La consommation de cannabis est un problème de santé publique dans le monde. L’association schizophrénie et usage de cannabis concernerait la moitié des sujets, elle est systématiquement délétère et constitue une pathologie duelle. C’est un problème de santé majeur, tant par sa prévalence que par sa gravité. Cette comorbidité aggrave sévèrement le pronostic évolutif de cette pathologie et complexifie la prise en charge de ces patients dans leur globalité. Les patients en début d’évolution des troubles schizophréniques, représentent un enjeu de taille, du fait de leur vulnérabilité et de leur plus grande exposition aux conduites addictives. Il est fondamental de réduire les risques de rechutes, de complications et handicaps, de stigmatisation et ainsi améliorer la qualité de vie, optimiser la rémission et l’insertion socio-professionnelle/scolaire. Objectifs : dans une première partie, nous nous sommes attachés à définir et contextualiser l’état actuel des connaissances sur le sujet. Dans une deuxième partie, nous avons mené une étude observationnelle descriptive multicentrique, à l’échelle départementale auprès des praticiens du secteur public des Bouches du Rhône, afin d’analyser les modalités de prise en charge des patients présentant la co-occurrence schizophrénie – usage de cannabis en début d’évolution des troubles. L’enjeu de ce travail de thèse et de cette étude, était aussi de sensibiliser les psychiatres du GHT13 à cette pathologie duelle, voire de permettre une nouvelle mobilisation des professionnels dans la démarche de soins intégrés. Méthodologie : pour cette étude, nous avons construit un questionnaire, effectué par le biais du logiciel « GoogleForm » comportant 90 questions, à l’attention des psychiatres et des internes en psychiatrie adulte du GHT13. Résultats : les résultats de notre étude témoignent de l’importance de cette problématique dans la pratique clinique courante, du défaut de prise en charge des patients présentant la co-occurrence schizophrénie – usage de cannabis, et du manque de moyens, notamment en terme d’effectifs et de formation des professionnels pour la mise en œuvre de soins adaptés. Conclusion : trop peu de patients présentant la co-occurrence schizophrénie – usage de cannabis bénéficient à l’heure actuelle d’une prise en charge spécifique. Il ressort des données de la littérature que les approches les plus pertinentes et adaptées seraient basées sur des programmes intégratifs, diagnostiques et thérapeutiques, utilisant une large palette d’options thérapeutiques coordonnées, simultanées sur les deux troubles. Il faut donc impérativement améliorer les moyens visant à l’articulation entre addictologie et psychiatrie, favoriser la formation des professionnels de santé, et inciter les établissements de santé à proposer une prise en charge structurée, à développer un dispositif de soin organisé et adapté à ces patients présentant une pathologie duelle.
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03134341
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, February 8, 2021 - 11:35:51 AM
Last modification on : Tuesday, February 16, 2021 - 3:19:42 AM

File

SACCHI thèse.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03134341, version 1

Collections

Citation

Delphine Sacchi. Trouble schizophrénique débutant et consommation de cannabis : analyse des modalités de prise en charge. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-03134341⟩

Share

Metrics

Record views

20

Files downloads

4