Mémorisation de la douleur et Odontologie - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2021

Memory of Pain and Odontology

Mémorisation de la douleur et Odontologie

Abstract

The complexity of the pain and memory link is manifested through some phenomena. This can be illustrated by physiological mechanisms preventing our pain from being updated, amnesic ictus, flashbulb memory, phantom limb pain ... On the behavioral level, coping is the set of processes that an individual puts between him and a trying event, in order to control or reduce the impact. Medical situations experienced from childhood influence later coping. Biologically, any painful dental stimulus causes lasting neurochemical and synaptic changes in the central nervous system. Within the limbic system, neuroimaging has shown changes following pain. Taking into account the role of the amygdala in memorizing information with emotional connotations, the integration of this stimulus by the limbic system is likely to lead to the phenomena of learning and memory. The biological mechanisms that sustainably store pain are probably located all along the chain of transmission. The conclusion of this work was to reveal a lasting molecular, cellular and behavioral modification following dental pathology. This structural plasticity of the brain, resulting in a memorization on a biological scale of our lesional pathological liabilities impacts the frequency and degree of involvement of future lesions. Memory of pain provides the keys to understanding few emotional, even psychosomatic, behaviors that are still beyond medical understanding.
La complexité du lien douleur et mémoire se manifeste au travers de certains phénomènes. Cela peut s’illustrer par des mécanismes physiologiques interdisant à nos douleurs d’être réactualisées, l’ictus amnésique, le flashbulb memory, douleurs fantômes ... Sur le plan comportemental, le coping est l’ensemble des processus qu’un individu interpose entre lui et un évènement éprouvant, afin d’en maitriser ou diminuer l’impact. Les situations médicales vécues dès l’enfance influencent le coping ultérieur. Sur le plan biologique, tout stimulus douloureux dentaire entraine des changements neurochimiques et synaptiques durables du système nerveux central. Au sein du système limbique, la neuro imagerie a montré des changements suite à une douleur. En tenant compte du rôle de l’amygdale dans la mémorisation d’une information à connotation émotionnelle, l’intégration de ce stimulus par le système limbique est susceptible d’aboutir aux phénomènes d’apprentissage et de mémoire. Les mécanismes biologiques qui stockent durablement la douleur sont vraisemblablement situés tout au long de la chaîne de transmission. La conclusion de ce travail a été de révéler une modification durable moléculaire, cellulaire et comportementale suite à la pathologie dentaire. Cette plasticité structurelle du cerveau, ayant pour conséquence une mémorisation à l’échelle biologique de notre passif pathologique lésionnel impacte la fréquence et le degré d’atteinte de futures lésions. La mémorisation de la douleur donne des clés de lecture sur certains comportements émotionnels, voire psychosomatiques, qui échappent encore à la compréhension médicale.
Fichier principal
Vignette du fichier
Odonto_2021_Despoir.pdf (7 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03134587 , version 1 (08-02-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03134587 , version 1

Cite

Bénédicte Despoir. Mémorisation de la douleur et Odontologie. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03134587⟩
105 View
376 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More