Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Faut-il emboliser les artères mésentériques inférieures ≥ 3mm avant endoprthèse aortique sous-rénale ?

Résumé : Objectif : comparer l’évolution des anévrysmes de l’aorte abdominale sous rénale (AAA) chez les patients traités par la même endoprothèse aortique (EVAR), qui avaient une artère mésentérique inférieure (AMI) ≥ 3 mm perméable par rapport aux patients ayant une AMI <3mm ou thrombosée avec un suivi théorique de 6 ans. Matériel et méthodes : entre 2006 et 2012, tous les patients du service traités électivement pour un AAA athéromateux par EVAR ont été sélectionnés. Le recueil du suivi a été arrêté le 31/12/2019. Les données habituelles cliniques, paracliniques et le suivi ont été saisis de manière prospective. Un scanner postopératoire puis à 6 mois, 12 mois, et annuel a été réalisé pour le suivi. Nous avons comparé les patients qui avaient une AMI ≥ 3mm perméable (Groupe AMI) aux patients qui avaient une AMI < 3mm ou thrombosée (Groupe Ctrl). Le critère de jugement principal était une augmentation du diamètre anévrysmal ≥ 5mm au scanner. L’indication d’embolisation d’une endofuite de type 2 (EF2) était une augmentation de diamètre ou une EF2 de haut volume. Résultats : 107 patients ont été inclus, 34 dans le groupe AMI et 73 dans le groupe Ctrl. Les groupes étaient comparables en termes de facteurs de risques cardiovasculaires, de comorbidités et de morphologie de l’anévrysme. Le nombre de lombaires perméables ≥ 3 mm en préopératoire était comparable dans les 2 groupes. Il n’y avait pas de différence significative en termes de respect des instructions d’utilisation de l’endoprothèse, respectées à 82,4% dans le groupe AMI et 90,4% dans le groupe Ctrl. Un seul décès est survenu en postopératoire immédiat dans le groupe Ctrl, d’une cause non liée à l’aorte ou l’endoprothèse. Le suivi moyen était de 6,8 ans et le suivi scannographique moyen de 5,7 ans, ces suivis étaient équivalents entre les groupes. A 5 ans, il n’y avait pas de différence significative en termes d’indemnité d’augmentation de diamètre anévrismal, d’EF2 et de procédure secondaire pour EF2 entre le groupe AMI et le groupe Ctrl (80,1% vs 91,8%, 61,8% vs 85,5% et 91,2% vs 93,7% respectivement). Il n’y a pas eu significativement plus d’embolisation d’AMI dans le groupe AMI. Il n’y avait pas de différence significative de survie entre les deux groupes (67,2% vs 64,4% des patients étaient toujours en vie à 5 ans). Aucun décès lié à l’anévrisme n’a été rapporté et il y a eu une seule rupture d’anévrisme associée à une endofuite de type 1 dans le groupe contrôle. Conclusion : dans cette étude, la présence d’une AMI perméable ≥ 3 mm de diamètre ne modifiait pas l’évolution postopératoire du sac anévrismal à long terme après EVAR, le taux d’EF2, le taux de ré-intervention pour EF2 et la survie à long terme.
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03136359
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Tuesday, February 9, 2021 - 4:19:11 PM
Last modification on : Tuesday, February 16, 2021 - 3:19:41 AM

File

Thèse MOLAS Estelle.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03136359, version 1

Collections

Citation

Estelle Molas. Faut-il emboliser les artères mésentériques inférieures ≥ 3mm avant endoprthèse aortique sous-rénale ?. Sciences du Vivant [q-bio]. 2021. ⟨dumas-03136359⟩

Share

Metrics

Record views

26

Files downloads

4