Réhospitalisation à trente jours et consultation précoce chez le médecin traitant : étude épidémiologique descriptive monocentrique - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Rehospitalization after 30 days and early primary care: monocentric descriptive epidemiological study

Réhospitalisation à trente jours et consultation précoce chez le médecin traitant : étude épidémiologique descriptive monocentrique

Abstract

Early unplanned readmission, occurring within 30 days of discharge from hospital, represents a public health problem from an economic and medical point of view. In order to reduce these stays, the continuity of care during the transition between hospital and home must be improved, in particular through early consultation with the primary care physician within 7 days of discharge. Methods: this was a retrospective observational descriptive study on patients rehospitalised within thirty days of discharge from the UDOR of the Perpignan hospital. The objectives were to find out whether they had consulted their treating physician at an early stage and to study their risk factors for readmission. Results: in total, 34 patients were included out of the 157 rehospitalised over one year of the study, i.e. 21.7%. They were vulnerable (50%), polypathological (70.6%), polymedicated (73.5%) and socially isolated (32.3%). Women were in the majority (58.8%), the mean age was 76.5 years. On average, patients were readmitted to hospital 12.8 days [+/-9 days] after discharge, after an initial stay of 6.1 days [+/-3.3]. 67.6% (23) of the patients included had not consulted their primary care physician early (62%). The latter were readmitted to hospital in 48% of cases for an unstabilised pathology with an average length of stay of 6.6 days. They were significantly different from the other patients regarding polypathology and cardiac causes of hospital admission. Patients who consulted early (32.4% or 11 patients) were readmitted to hospital in 46% of cases for the relapse of a chronic pathology. Conclusion: more than two thirds of patients readmitted to hospital within 30 days had not consulted their general practitioner within 7 days, even though the protective effect of such a visit has been proven. From now on, at the exit of the UDOR, early consultation could be systematically planned and a prospective study on the rate of rehospitalisation could be carried out to measure the impact of such a visit in this population.
Les réhospitalisations précoces, survenant dans les trente jours après la sortie d’hospitalisation, de façon non programmée, représentent un problème de santé publique d’un point de vue économique et médical. Afin de réduire ces séjours, il faut améliorer la continuité des soins lors de la transition hôpital-ville et ceci passe notamment par une consultation précoce, dans les sept jours suivant la sortie, chez le médecin traitant. Méthodes : il s’agissait d’une étude descriptive observationnelle rétrospective sur des patients réhospitalisés dans les trente jours suivant la sortie de l’UDOR du centre hospitalier de Perpignan. Les objectifs étaient de savoir s’ils avaient consulté leur médecin traitant précocement et d’étudier leurs facteurs de risque de réhospitalisation. Résultats : au total, 34 patients ont été inclus sur les 157 réhospitalisés sur un an d’étude soit 21,7%. Il s’agissait de patients vulnérables (50%), polypathologiques (70,6%), polymédiqués (73,5%), isolés socialement (32,3%). Les femmes étaient majoritaires (58,8%), l’âge moyen était de 76,5 ans. Les patients étaient en moyenne réhospitalisés 12,8 jours après leur sortie, après un séjour inaugural de 6,1 jours. 67,6% des patients inclus n’avaient pas consulté leur médecin traitant précocement. Ces derniers étaient réhospitalisés dans 47,8% pour une pathologie non stabilisée avec une durée moyenne de séjour de 6,6 jours. Ils étaient significativement différents des autres patients concernant la polypathologie et les causes cardiaques d’entrée à l’hôpital. Les patients ayant consulté précocement (32,4%) étaient réhospitalisés à 45,5% pour la rechute d’une pathologie chronique. Conclusion : plus de deux tiers des patients réhospitalisés dans les trente jours n’avaient pas consulté leur médecin traitant dans les sept jours alors que l’effet protecteur d’une telle visite a été prouvé. Dorénavant, à la sortie de l’UDOR, on pourrait prévoir de façon systématique une consultation précoce et faire une étude prospective sur le taux de réhospitalisation.
Fichier principal
Vignette du fichier
C. Silighini TM nouvelle version.pdf (537.82 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03137697 , version 1 (10-02-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03137697 , version 1

Cite

Chloé Silighini. Réhospitalisation à trente jours et consultation précoce chez le médecin traitant : étude épidémiologique descriptive monocentrique. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03137697⟩
64 View
230 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More