Is post-stroke depression associated to brain imaging parameters? - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Is post-stroke depression associated to brain imaging parameters?

La dépression post AVC est-elle associée à des paramètres d’imagerie cérébrale ?

Abstract

Background and purpose: the depression is a common complication after stroke, which has a negative impact on the rehabilitation and the recovery. Some behavioral findings suggest that post-stroke depression (PSD) could be a reactional phenomena, an interpretation that would predict no relationship with a specific brain area. This point, which remains debated, has never been investigated by modern technics of brain imaging analyses on a cohort including an adequate number of individuals to exclude false negative results. This was the objective of the present study. Methods: it is an ancillary study from the DOBRAS (Determinants of Balance Recovery After Stroke) cohort, in which participants were regularly and systematically assessed on 30 (± 3) (D30) and 60 (± 3) (D60) days after stroke. The depression was assessed by the Aphasic Depression Rating Scale (ADRS) a specific tool quantifying PSD, regardless aphasia (scores from 0 to 32, cut off egal or over 11). Brain imaging were analyzed on Magnetic Resonance Imaging (MRI) around 2 months after stroke (Nagaraja et al., 2020). We sought the relationship between PSD and three brain imaging parameters: structures affected by the stroke (Voxel-based Lesion Symptom Mapping (VLSM)), stroke volume (number of voxels) and white matter hyperintensities (WMH) (assessed by the Fazekas scale). Results: a total of 126 individuals were analyzed. Their median age was 65.9 [58.1-72.4] years and 85 (67%) males. They had been mostly assessed on D30 (n=70, 55%). Among them 53 (42%) were depressive. The median ADRS score was 10 [6-15]. Depression and its severity were associated to the existence of WMH (p=0.011), but not with stroke volume (p=0.619), not any specific areas. Conclusion: PSD must be particularly detected in case of WMH. This absence of specific brain structure related advocates for the reactional hypothesis of PSD.
Introduction: la dépression est une complication fréquente après un accident vasculaire cérébral (AVC). Cette complication a un impact négatif sur la rééducation et la récupération fonctionnelle. Plusieurs études comportementales suggèrent que la dépression post-AVC pourrait être un phénomène réactionnel. Cette interprétation laisse penser qu’il n’existe pas de lien entre la dépression post-AVC et une ou plusieurs aires cérébrales spécifiques. Ce point reste débattu et il n’a encore jamais été investigué par des techniques modernes d’analyse statistique basées sur l’imagerie cérébrale et réalisé sur une cohorte conséquente incluant un grand nombre de participants afin d’exclure un résultat faussement négatif. C’est l’objectif de notre étude. Méthode : il s’agit d’une étude annexe issue de la cohorte DOBRAS (Determinants of Balance Recovery After Stroke), dans laquelle les participants sont régulièrement et systématiquement évalués à 30 (± 3) (J30) et 60 (± 3) (J60) jours après l’AVC. La dépression était évaluée par l’Aphasic Depression Rating Scale (ADRS), un outil spécifique pour la dépression post-AVC, en présence ou non d’une aphasie (scores entre 0 et 32, seuil diagnostic à partir de 11 inclus). L’imagerie cérébrale a été réalisée grâce à l’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) à environ deux mois de l’AVC (Nagaraja et al., 2020). Nous avons recherché le lien entre la dépression post-AVC et trois paramètres d’imagerie: les structures altérées par l’AVC (Voxelbased Lesion Symptom Mapping (VLSM)), le volume de l’AVC (nombre de voxels) et les hypersignaux de substance blanche (selon la classification de Fazekas). Résultats : au total 126 patients ont été analysés. Leur age médian était de 65.9 [58.1-72.4] ans. Dans notre population il existait une prédominance masculine (n=85 (67%)). Les patients ont étaient principalement évalués pour la dépression à J30 (n=70, 55%). Parmi eux 53 (42%) étaient dépressifs. L’ADRS médiane était de 10 [6-15]. La dépression et sa sévérité étaient associées à l’existence d’hypersignaux de substance blanche (p=0.011), mais pas au volume de l’AVC (p=0.619) ni à une structure cérébrale spécifique. Conclusion : la dépression post-AVC doit être particulièrement détectée en cas d’hypersignaux de substance blanche à l’IRM. L’absence d’aire cérébrale spécifique en lien avec la dépression post-AVC plaide en faveur de l’hypothèse réactionnelle.
Fichier principal
Vignette du fichier
2020GRAL5082_siegerth_marie-adeline_dif.pdf (2.16 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03141412 , version 1 (15-02-2021)

Identifiers

Cite

Marie-Adeline Siegerth. Is post-stroke depression associated to brain imaging parameters?. Human health and pathology. 2020. ⟨dumas-03141412⟩
65 View
103 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More