Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les évolutions du lobbying et des affaires publiques, à la lumière de la bataille d’influence entre taxis et Uber

Résumé : L’arrivée de la société californienne Uber en France a donné le coup d’envoi de l’« uberisation », distinguant les Anciens des Modernes de l’économie, taxis contre VTC. Derrière ce néologisme à la définition diffuse se cache une réalité pour ces nouvelles entreprises aux modèles économiques innovants : l’inadaptation du système législatif et réglementaire à leurs pratiques. En se basant sur l’exemple d’Uber, dans quelle mesure la distinction entre Anciens et Modernes de l’économie permet-elle de mettre au jour des différences dans la pratique de la communication d’influence et du lobbying ?
Derrière une distinction qui pourrait sembler naturelle – des taxis au monopole réservé depuis des décennies contre une entreprise au business model basé sur la désintermédiation – se cache en fait une partition créée par la communication corporate. Cette rhétorique de l’innovation, de la nouveauté, soutenue par une certaine mythologie solutionniste de la Silicon Valley, permet ainsi de faire entendre les Modernes comme un progrès inéluctable dont les bénéficiaires seront les consommateurs. Elle permet en outre de mettre en place une stratégie d’affaires publiques basée sur le renversement de l’ordre établi, qui autorise la « révolution » Uber en France.
Cette démarche révolutionnaire s’incarne ainsi dans les stratégies concrètes de lobbying et d’affaires publiques d’Uber. Cette révolution doit ainsi créer sa masse, à travers des pétitions, et interpeller les pouvoirs publics à travers l’appel aux témoignages sur les réseaux sociaux, dans le but de faire émerger un « problème public ». Ce problème public est ainsi défini et résolu par Uber par la question de l’emploi, mise au centre de sa rhétorique d’affaires publiques. Les taxis, en retour, se sont convertis à ce grassroot lobbying, qui a également créé chez les chauffeurs Uber les possibilités de se retourner contre leur employeur.
Ainsi, on peut relever une conversion du secteur à un lobbysme plus ouvert et participatif, qui s’oppose dans ses méthodes à un lobbying opaque et relationnel tel qu’il était pratiqué en France. Cela s’explique par le rôle nié des représentants d’intérêts dans la République française. Cependant, le lobbying a connu une reconnaissance législative progressive, sous le truchement de l’Union Européenne. Ce lobbying participatif, dans lequel les usagers ont un rôle concret afin de porter les revendications des entreprises auprès des pouvoirs publics, nécessite ainsi pour les lobbyistes de mener la « bataille culturelle », ce qui accentue le rôle donné aux agences de conseil et aux think tanks dans le soutien de ce lobbying d’idées.
Ainsi, si la distinction entre Anciens et Modernes permet bien de mettre au jour des différences concrètes dans la manière de mener les stratégies d’influence et de lobbying en France, il semble bien que l’on se dirige vers un lobbying hybride en France, à mi-chemin entre le lobbying d’idées et le lobbying relationnel. Cela tient notamment à la dépendance au sentier historique qui est celui de notre République. La définition positiviste d’un lobbying neuf est ainsi à nuancer, tout autant qu’à questionner : dans quelle mesure est-elle soumise aux représentations que veulent nous imposer les entreprises ?
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03149520
Contributor : Clara Musy <>
Submitted on : Tuesday, February 23, 2021 - 10:11:14 AM
Last modification on : Saturday, March 27, 2021 - 3:31:06 AM

File

ORJUBIN Jacques_DUMAS.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03149520, version 1

Citation

Jacques Orjubin. Les évolutions du lobbying et des affaires publiques, à la lumière de la bataille d’influence entre taxis et Uber. Sciences de l'information et de la communication. 2017. ⟨dumas-03149520⟩

Share

Metrics

Record views

6

Files downloads

5