État des lieux de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des lésions utérines hypervascularisées après terminaison de grossesse. Étude rétrospective au CHU de Montpellier entre septembre 2013 et octobre 2019 - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

État des lieux de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des lésions utérines hypervascularisées après terminaison de grossesse. Étude rétrospective au CHU de Montpellier entre septembre 2013 et octobre 2019

Abstract

With advances in Doppler ultrasound, more and more vascular uterine lesions are being diagnosed. It is important not to confuse with true arteriovenous malformations, which are treated differently. The main objective of our study was to describe and analyse our diagnostic and therapeutic practices. The secondary objectives were to analyse failures, to look for factors associated with haemorrhagic recurrence and failure in the case of non-invasive management, and to learn about patients' experiences. Methods: in this retrospective descriptive and comparative single-center study, all patients with a vascular uterine lesion defined as the presence on Doppler ultrasound of a focal or diffuse vascularized area in the endometrium and/or myometrium with or without retained products of conception (RPOC) were included. We described and analysed the different treatments according to urgency and invasiveness. The success rate was defined by uterine vacuity on ultrasound. Predictive risk factors of bleeding and failure were investigated if management was non-invasive. All patients were interviewed by phone about their experiences and subsequent fertility. Results: vascular uterine lesions were suspected in 224 patients, confirmed in 64 patients included in the analysis. We observe an evolution in practices with 72.4% of patients having a referring ultrasound and 70% to MRI for diagnostic confirmation. However, the classifications of vascularisation are not applied. Forty-five patients were managed in a non-invasive expectant (group 1, n=30) and medical (group 2, n=15), 3 patients were managed by hysteroscopy after preventive embolization (group 3) and 1 by hysteroscopy alone (group 4). The success rates were 47%, 27%, 33% and 0% respectively. The time to resolution of symptoms was 43 days in group 1. In the case of non-invasive management, in uni-varied analysis, the size of the vascular lesion on ultrasound was associated with haemorrhagic recurrence, which concerned 22% of patients (p=0.024). MRI criteria: presence of vascular lesion (p=0.011), interruption of the junction zone (p=0.015), presence of an arteriovenous shunting (p=0.039) were associated with failure. None of these criteria was significant in multivariate analysis. Expectant management alters the quality of life of patients for fear of haemorrhagic recurrence for 75% of patients concerned. Achieving pregnancy was possible regardless of the treatment group. Conclusion: in the absence of urgency, ultrasound criteria relevant to the clinical setting, patient choice, and in some cases requesting an MRI to optimize the management of hypervascularized RPOC should be used.
Grâce aux progrès de l’échographie Doppler, de plus en plus de lésions hypervascularisées sont diagnostiquées. Il est important de ne pas les confondre avec des vraies malformations artério-veineuses dont la prise en charge est différente. L’objectif principal de notre étude était de décrire puis analyser nos pratiques diagnostiques et thérapeutiques. Les objectifs secondaires étaient l’analyse des échecs, rechercher des facteurs associés à la récidive hémorragique et à l’échec en cas de prise en charge non invasive et connaitre le vécu des patientes. Méthodes : dans cette étude rétrospective descriptive et comparative unicentrique, toutes les patientes avec une lésion utérine hypervascularisée définie comme la présence à l’échographie Doppler d’une aire vascularisée focale ou diffuse dans l’endomètre et/ou le myomètre associée ou non à une rétention trophoblastique (RT) ont été inclues. Nous avons décrit puis analysé les différentes prises en charge en fonction de l’urgence et du caractère invasif. Le taux de succès était défini par la vacuité utérine à l’échographie. Les facteurs prédictifs du risque de saignement et d’échec ont été recherchés en cas de prise en charge était non invasive. Toutes les patientes ont été interrogées par téléphone sur leur vécu et fertilité ultérieure. Résultats : des lésions utérines vascularisées ont été suspectées chez 224 patientes, confirmées pour 64 inclues dans l’analyse. Nous observons une évolution des pratiques avec un recours de 72.4% à un échographiste référent et 70% à l’IRM pour confirmation diagnostique. Les classifications de la vascularisation ne sont par contre pas appliquées. Quarante-cinq patientes ont été prises en charge de façon non invasive expectative (groupe 1, n=30) et médicale (groupe 2, n=15), 3 patientes ont été prises en charge par hystéroscopie après embolisation préventive (groupe 3) et 1 par hystéroscopie seule (groupe 4). Le taux de succès était respectivement de 47%, 27%, 33%, 0%. Le délai de résolution des symptômes était de 43 jours dans le groupe 1. En cas de prise en charge non invasive, en analyse univariée, la taille de la lésion vasculaire à l’échographie était associée à la récidive hémorragique qui a concerné 22% des patientes (p=0.024). Les critères IRM (présence de la lésion vasculaire (p=0.011), interruption de la zone de jonction (p=0.015), présence d’un shunt artério veineux (p=0.039) étaient associés à l’échec. Aucun de ces critères n’était significatif en analyse multivariée. La prise en charge expectative altère la qualité de vie des patientes par peur de la récidive hémorragique pour 75% des patientes concernées. L’obtention d’une grossesse était possible quel que soit le groupe de traitement. Conclusion : en l’absence d’urgence, il faut savoir associer des critères échographiques pertinents au contexte clinique, au choix de la patiente et dans certains cas demander une IRM pour optimiser la prise en charge des RT hypervascularisées.
Fichier principal
Vignette du fichier
S. Gau TM nouvelle version.pdf (4.66 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03153411 , version 1 (26-02-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03153411 , version 1

Cite

Sophie Gau. État des lieux de la prise en charge diagnostique et thérapeutique des lésions utérines hypervascularisées après terminaison de grossesse. Étude rétrospective au CHU de Montpellier entre septembre 2013 et octobre 2019. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03153411⟩
47 View
1313 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More