Le problème des enfants « perdus de vue » du dépistage néonatal de la surdité est-il connu des médecins généralistes et pédiatres ? Étude quantitative réalisée auprès des pédiatres et médecins généralistes du Languedoc-Roussillon - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Le problème des enfants « perdus de vue » du dépistage néonatal de la surdité est-il connu des médecins généralistes et pédiatres ? Étude quantitative réalisée auprès des pédiatres et médecins généralistes du Languedoc-Roussillon

Abstract

La surdité est le déficit sensoriel néonatal le plus fréquent. Un dépistage néonatal généralisé en maternité existe depuis 2014. En 2018 dans le Languedoc-Roussillon près de 26 % des enfants suspects de surdité ont été perdus de vue à la sortie de la maternité, et ce bien que le suivi médical durant la première année de vie implique 11 examens médicaux. Objectif : le but de cette étude est d’évaluer la sensibilisation des médecins généralistes et pédiatres assurant le suivi des nourrissons vis-à-vis du problème des « perdus de vue » du dépistage néonatal. Méthode : cette étude quantitative descriptive a été réalisée à partir d’un questionnaire en ligne envoyé par courriel avec l’aide des conseils de l’ordre départementaux, aux 96 pédiatres et 2672 médecins libéraux qui exerçaient dans l’ancienne région Languedoc-Roussillon. Le recueil des données a eu lieu entre le 30 avril 2020 et le 1er aout 2020. Résultats : 156 médecins ont répondu au questionnaire dont 133 généralistes et 23 pédiatres. 34 % des médecins sous estiment le nombre de « perdus de vue » du dépistage néonatal. Près de 40 % des médecins généralistes ne vérifiaient pas le résultat du dépistage néonatal lors du suivi du nourrisson, et 66 % des médecins généralistes ne savaient pas comment contacter le centre de référence ou un ORL référent. La réalisation d’une formation était associée à une plus grande vérification du résultat et à une meilleure coordination des soins. S’ils sont informés d’un résultat suspect la plupart des médecins vérifient que l’enfant ne soit pas perdu de vue. Conclusion : cette étude montre que les médecins assurant le suivi de l’enfant sont peu sensibilisés au problème des « perdus de vue » du dépistage néonatal de la surdité. Une meilleure sensibilisation des médecins de soins primaire pourrait permettre de réduire le nombre de ces enfants perdus de vue. D’autres études sont nécessaires avant de pouvoir définir une stratégie de sensibilisation efficace.
Fichier principal
Vignette du fichier
ThEx_Montpellier_UM_Med_2020_BOUGES_ François.pdf (1.56 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03157998 , version 1 (03-03-2021)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03157998 , version 1

Cite

François Bouges. Le problème des enfants « perdus de vue » du dépistage néonatal de la surdité est-il connu des médecins généralistes et pédiatres ? Étude quantitative réalisée auprès des pédiatres et médecins généralistes du Languedoc-Roussillon. Médecine humaine et pathologie. 2020. ⟨dumas-03157998⟩
20 View
48 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More