Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les anti-jak, un nouvel espoir dans les pathologies inflammatoires

Résumé : Les anti-JAK sont des molécules inhibitrices de l'enzyme Janus Kinase localisée au niveau intracellulaire. Ces petites molécules administrées par voie orale régulent le système inflammatoire en perturbant alors la voie de signalisation JAK-STAT. En découle, une baisse de la production de cytokines pro-inflammatoires comme le TNFα et de réguler la réaction immunitaire innée et adaptative. Les anti-JAK semblent être des médicaments prometteurs dans le traitement des pathologies inflammatoires. Les résultats des essais cliniques de phase III prouvent la non-infériorité de l'efficacité d'un anti-JAK associé au MTX par rapport à un traitement de fond classique et/ou biologique chez des patients majeurs non répondant à ces traitements de fond. À ce jour, deux anti-JAK ont obtenu l'autorisation de mise sur le marché (AMM) en France : le XELJANZ® (Tofacitinib) et l'OLUMIANT® (Baricitinib). Les pathologies indiquées sont la polyarthrite rhumatoïde, la rectocolite hémorragique et le rhumatisme psoriasique. Ils sont prescrits pour l'instant en 2ème ou 3ème intention lorsque les patients ont une réponse inadéquate aux traitements de fond classiques et/ou biologiques. Néanmoins comme pour toutes nouvelles thérapies innovantes, les données sur la tolérance au long terme sont encore insuffisantes pour garantir un contrôle de la prise en charge. Les effets indésirables jusqu'alors notifiés ne se différenciaient pas de ceux des anti-TNFα, à savoir les infections, troubles pulmonaires et hépatiques, excepté le risque de réactivation du virus varicelle-zona plus important avec la prise d'un anti-JAK. Une alerte récente de l'ANSM sur la tolérance des anti-JAK publiée en Juin 2019, suggère un risque augmenté d'embolie pulmonaire. Ce risque a été démontré lors d'un essai clinique de pharmacovigilance, chez les patients majeurs atteints de polyarthrite rhumatoïde ayant au moins un facteur de risque cardiovasculaire. Dans la présente thèse, une analyse de la base internationale de pharmacovigilance Vigibase, a permis de vérifier si un signal de disproportionnalité était retrouvé pour deux effets indésirables : embolie pulmonaire et tumeur. L'analyse a été réalisée à partir des notifications d'effets indésirables, survenus chez des patients majeures et recevant un anti-JAK détenteur d'une AMM comme le XELJANZ® et l'OLUMIANT®. La période de récolte des données s'étant de l'année 2013 au 19 juin 2019, c'est-à-dire de la première année où une notification d'EI liée à un anti-JAK est survenue à la date de l'exploration des données. Il en ressort que nous ne confirmons pas le signal d'embolie pulmonaire avec un ROR calculé de 0,89 (IC [0,77-1,04]). En revanche, nous avons remarqué un signal pour la survenue de tumeurs justifié par un ROR calculé de 1,39 (IC [1,31-1,47]).
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-03158961
Contributor : Bu Santé Upjv <>
Submitted on : Thursday, March 4, 2021 - 11:22:05 AM
Last modification on : Saturday, August 28, 2021 - 3:31:23 AM

File

Varlet Éloïse. Thèse d'exer...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03158961, version 1

Collections

Citation

Éloïse Varlet. Les anti-jak, un nouvel espoir dans les pathologies inflammatoires. Sciences pharmaceutiques. 2020. ⟨dumas-03158961⟩

Share

Metrics

Record views

3

Files downloads

3