Évaluation de la toxicité des perturbateurs endocriniens dans le cerveau en développement : impacts cellulaires et épigénétiques - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Assessment of the toxicity of endocrine disruptors during the neurodevelopment: cellular and epigenetic impacts

Évaluation de la toxicité des perturbateurs endocriniens dans le cerveau en développement : impacts cellulaires et épigénétiques

Abstract

Endocrine disruptors (EDs) are suspected to be involved in the development of neurodevelopmental disorders. To improve our understanding of their toxicity mechanisms in the immature brain and to identify biomarkers, organotypic cultures of brain sections from both sexes were treated for 5 days with two widespread EDs, bisphenol A (BPA) and mono (2-ethylhexyl) phthalate (MEHP). We show that Bdnf and Kcc2 expressions, analyzed by quantitative RT-PCR, are repressed by BPA (0.1 μM) in cultures derived from male mice only. This sexual dimorphism, already described in vivo, supports the validity of our model. In addition, MEHP (10 μM) modulates the expression of a pro-inflammatory cytokine and a myelination marker. The expression of Dnmt (DNA methyltransferases) is also disturbed, without any modification of methylation at the Bdnf locus. As molecular signatures of early exposures, epigenetic alterations may help understanding the delayed effects of EDs. Ultimately, this project could provide a suitable method for in vitro screening of various exposure conditions that would be a prerequisite for targeted in vivo toxicity studies, thus contributing to improved risk assessment related to EDs.
Les perturbateurs endocriniens (PE) sont suspectés de contribuer à l’apparition de troubles neurodéveloppementaux. Afin d’améliorer la compréhension des mécanismes de toxicité des PE dans le cerveau immature et d'en identifier des biomarqueurs, des cultures organotypiques de sections cérébrales de souriceaux des deux sexes ont été traitées pendant 5 jours par deux PE répandus, le bisphénol A (BPA) et le mono (2- ethylhexyl)phtalate (MEHP). Nous montrons que l’expression de Bdnf et de Kcc2, analysée par RT-PCR quantitative, n’est réprimée par le BPA (0,1 μM) que dans les cultures issues de souriceaux mâles. Ce dimorphisme sexuel, déjà décrit in vivo, soutient la validité du modèle. Par ailleurs, le MEHP (10 μM) module l’expression d’une cytokine pro-inflammatoire et d’un marqueur de myélinisation. L’expression des Dnmt (DNA méthyltransférases) est également perturbée, mais sans modification de la méthylation du locus Bdnf. En tant que signatures moléculaires des expositions précoces, les altérations épigénétiques pourraient aider à comprendre les effets retardés des PE. A plus long terme, ce projet pourrait permettre d’établir une méthode adaptée au criblage in vitro de conditions d’exposition variées, en préalable à des études de toxicité in vivo ciblées, contribuant ainsi à améliorer l’évaluation du risque lié aux PE.
Fichier principal
Vignette du fichier
Pharmacie_2020_Sechet.pdf (2.16 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03160786 , version 1 (05-03-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03160786 , version 1

Cite

Margaux Sechet. Évaluation de la toxicité des perturbateurs endocriniens dans le cerveau en développement : impacts cellulaires et épigénétiques. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03160786⟩
126 View
263 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More