La dysménorrhée en France en 2020 : état des lieux et étude des modalités de traitement - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

Dysmenorrhea in France in 2020: state of the premises and care pathways

La dysménorrhée en France en 2020 : état des lieux et étude des modalités de traitement

Abstract

The objective of this study was to assess care pathway, reported efficacy and knowledge towards therapies in women affected by dysmenorrhea. An online questionnaire was filled in by 538 French women suffering from chronic primary dysmenorrhea. The mean pain level was 7,1 on a 10-points scale. 55,4% self-treat, 28,4% saw a doctor, 14,2% do nothing and 2% asked their pharmacist for advice. They is no significant difference in efficacy of treatment between the groups. In the self-care group, 52% of women report using non-medical methods, with a mean efficiency of 6 points out of 10, and 48% use medication with a mean efficacy of 6,4 points. Women who saw a doctor report higher pain and lower quality of life. However, they do not know about or use more methods than the self-treated. 93,4% were prescribed a medical solution. 69,7% of women who do nothing report that it’s because they are used to the pain, 39,5% believe that there is no efficient solution, 14,5% that it’s not necessary and 1,3% lack time. The most known solutions are analgesics (95,4%), heat (90,9%) and oral contraceptives (77,1%), and the most used are analgesics (75,1%), heat (67,1%) and rest (45,2%). Dysmenorrhea is frequent in France and has a high impact on women’s quality of life. Most of them resort to selfcare. The results show that there is important need for practitioners to inform themselves and their patients better so they can be provided with the therapy best suited to their needs.
L’objectif de cette étude était d’évaluer les parcours de soins, l’efficacité rapportée et les connaissances envers les thérapies des femmes souffrant de dysménorrhée. Un questionnaire en ligne a été rempli par 538 femmes françaises atteintes de dysménorrhée primaire chronique modérée à sévère. Le niveau moyen de douleur est de 7,1 sur 10 points. 55,4 % s’autotraitent, 28,4 % ont consulté un médecin, 14,2 % ne font rien et 2 % ont demandé conseil à leur pharmacien. Il n’existe pas de différence significative d’efficacité des traitements entre les groupes. Dans le groupe d’autotraitement, 52% des femmes utilisent des méthodes non médicamenteuses, (efficacité moyenne de 6 points sur 10), et 48 % utilisent des médicaments (efficacité moyenne de 6,4 points). Les femmes qui ont consulté ressentent une douleur plus élevée et une qualité de vie inférieure. Une solution médicamenteuse a été prescrite à 93,4% de ces femmes. Elles ne connaissent et n’utilisent pas plus de méthodes que les auto-traitées. 69,7% des femmes qui ne font rien déclarent que c’est parce qu’elles sont habituées à la douleur, 39,5% pensent qu’il n’y a pas de solution efficace, 14,5% que ce n’est pas nécessaire et 1,3% manquent de temps. Les solutions les plus connues sont les analgésiques (95,4%), la chaleur (90,9%), les contraceptifs oraux (77,1 %), et les plus utilisées sont les analgésiques (75,1 %), la chaleur (67,1 %) et le repos (45,2 %). La dysménorrhée est fréquente en France, et impacte grandement la qualité de vie des femmes. La plupart d’entre elles s’autotraitent. Les résultats montrent qu’il est important que les praticiens s’informent eux-mêmes et leurs patientes afin qu’elles puissent recevoir la thérapie la mieux adaptée à leurs besoins.
Fichier principal
Vignette du fichier
Pharmacie_2020_Toure Cuq.pdf (2.06 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-03160810 , version 1 (05-03-2021)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-03160810 , version 1

Cite

Emma Toure Cuq. La dysménorrhée en France en 2020 : état des lieux et étude des modalités de traitement. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-03160810⟩
355 View
307 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More